Archéologie musicale. C’est sa cathédrale, sa pyramide, son chef d’œuvre absolu : "Sign ☮ the Times", le double album culte de Prince ressort, 33 ans plus tard, en version "Super Deluxe".

En tout, huit CD dont trois disques d’inédits, des faces B, des versions longues, et même un concert de nouvel an avec Miles Davis… Autant dire que c’est la malle aux trésors ! Même s’il en reste encore beaucoup à découvrir, quatre ans seulement après la mort du kid de Minneapolis. 

Parmi ces incroyables vestiges, un joyau très influencé par le rap… A sa manière “Witness for the prosecution (version 2)” fait rentrer la rue ! Car le double album “Sign o the times”, et la foule d’enregistrements qui l’entourent, marquent la rencontre d’une fulgurance créative et d’une époque.  

La rue y est sombre, comme le reflète certains titres de Prince qui parlent de gangs ou de drogues. Mais la rue c’est aussi le hip hop. L’album “Sign O the Times” peut s’entendre comme une réponse au « message » du rappeur Grand Master Flash et même directement au titre "Sign of the times ». Considéré comme un marqueur de l’année 1987 et comme la synthèse d’un Prince au sommet de son art, l’album « Sign O the times » se révèle aussi très visionnaire.    

Alors que d’autres comme Michael Jackson ou Madonna misent à fond sur l’incarnation, Prince brouille les pistes. Il refuse même d’apparaître dans le premier clip de l’album, et glisse en permanence d’un avatar musical à un autre, mais aussi d’un genre à un autre. Comme sur l’étonnant « Cosmic day ». C’est la voix de « Camille » le double féminin de Prince que l’on entend ici !  

Le projet d’un album entièrement conçu pour Camille ayant été englouti dans « Sign o the times », voilà que cette réédition en fait ressurgir une trace précise. Prince, taxé de « mâle alpha » par son ingénieure du son Susan Rogers, aura largement su développer sa part féminine. 

Comme lorsqu’il se réapproprie ce titre originellement composé pour une chanteuse. Autre inédit du composite « Sign O the time », "I need a man" souligne l'avance de Prince, qui anticipait la fluidité des identités.

  • Légende du visuel principal: Prince Rogers Nelson dit Prince, auteur-compositeur-interprète, en 1970. © Getty / Michael Ochs Archives
Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.