Liraz Charhi est israélienne d’origine iranienne, on la voit au cinéma et dans les séries, mais c’est dans la musique qu’elle a trouvé son plus beau scénario.

L’actrice, chanteuse et danseuse Liraz Charhi en concert pendant le Festival Roskilde le 6 juillet 2019 à Roskilde, Danemark.
L’actrice, chanteuse et danseuse Liraz Charhi en concert pendant le Festival Roskilde le 6 juillet 2019 à Roskilde, Danemark. © Getty / Joseph Okpako / Redferns

Imaginez que les musiciens iraniens et israéliens puissent faire des disques ensembles... Imaginez encore que les femmes perses dansent et chantent comme elles veulent… Ça y est, vous y êtes ? Eh bien vous êtes chez Liraz ! 

Liraz Charhi est israélienne d’origine iranienne, on la voit au cinéma et dans les séries, mais c’est dans la musique qu’elle a trouvé son plus beau scénario. 

« Zan Bezan » ça veut dire « femmes, dansez ! » en farsi, langue iranienne que Liraz a adopté après deux premiers albums en hébreu.  

Et dans son clip Liraz danse avec d’autres femmes répétant en boucle ce « Zan Bezan » jusqu’à dresser le poing vers le ciel.  

Une ascension libératrice et contagieuse où l’on escalade la musique comme on grimpe une montagne. 

« Cette chanson est un symbole de la lutte contre ceux qui veulent supprimer les femmes que nous représentons »

C’est ce qu’a déclaré Liraz dont le nouvel est intitulé « Zan » : pour "femmes" tout simplement. 

Il fera danser en Israël, mais aussi en Iran, où sa musique circule déjà sous le voile… 

En 2017 le titre « Nozi Nozi » - qui moque l’épouse parfaite – servait de bande de son à des vidéos de fêtes clandestines. Mais ce que crée Liraz, quadra solaire, dépasse le seul combat des femmes. 

Elle propose une expérience sonore de la liberté ! 

Très influencée par les années funk et psyché qui précèdent la révolution islamiste iranienne de 1979, Liraz a découvert son ADN musical dans un bac à disques. 

Sima Bina - Naz Kardanet Vaveyla  

Aujourd’hui elle mélange cette pop iranienne vintage aux rythmes rap et électro des boîtes de Tel-Aviv, mais aussi aux productions que les musiciens de Téhéran lui envoient par messagerie cryptée.

Espionne à l’écran dans la série « Téhéran » d’Apple TV, Liraz Charhi est surtout l’agent d’une réconciliation culturelle. 

"Zan" l’album de Liraz vient de sortir sur le label Glitterbeat. 

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.