Ce matin vous nous présentez un duo folk, Racoon Racoon, Léa et Léonard, qui nous livrent leur nouveau mini album : A Birds story…

Extrait Birds and daisies 

La poésie … il faut se l’inventer soi-même, sinon la vie est impossible. Le monde est tellement dur, qu’il faut parfois prendre un détour face à la réalité… C’était le grand Francis, sur cette même antenne, il y a quelques jours, au micro d’Augustin Trapenard. Cabrel, notre folkman français, l’héritier de James Taylor et des troubadours occitans nous parlait de son inspiration et de son achronie pathologique.  Achronie : Caractère de ce qui se situe hors du temps, et s’inscrit dans l’intemporel et le continu. Mais c’est ça la solution, eh les gars, pour vivre heureux, vivons achrones. Si nous faisions une détox existentielle, un pas de côté, pour laisser passer le tumulte, prendre le temps de respirer et écouter ces deux là par exemple, Racoon Racoon. 

Extrait Thunderbird 

La folk music, littéralement la musique du peuple, née dans les années 30  aux US après la grande dépression qui va jeter sur les routes des centaines de milliers de personnes, la folk music dont un des fondateurs, Woody Guthrie, avait écrit sur sa guitare : This machine kills fascists… Elle a survécu à bien des époques, accompagné bien des luttes, les droits civiques dans les années 60 autour du couple mythique Joan Baez et Bob Dylan, elle s’est électrifiée dans les années 70 se teintant de psychédélisme, et dans les années 90 invente le low-fi, le moins c’est mieux, le minimalisme révolutionnaire en réaction à la gabegie sonore. Autres temps, autres mœurs, aujourd’hui, la subversion, c’est la douceur. 

Extrait A Wave of Goodbyes 

André, comment expliquez-vous le succès de ces chanteurs folk qui sont à contre-courant du rap et du hip hop ?

Plus l’époque est dure et plus on a besoin de ces chanteurs qui exhalent l’amour et qui semblent bien seuls dans un monde ultra-violent. Bizarrement c’est en illustrant des pubs ou des séries que cette musique minimaliste est redevenue populaire. Prenons ça comme un bon augure, une forme de Ya Basta d’une jeunesse qui veut vivre et pourvoir simplement respirer encore dans 50 ans.  Preuve en est, notre duo cartonne à l’international, et notamment en Chine !  Bon ça ne suffit ni à renverser notre balance commerciale ni à ressusciter le lac Poyang, le plus grand lac chinois désormais asséché à cause de nos Tshits et nos Jeans, mais 50 millions de Streams là-bas grâce à la reprise de Simon and Garfunkel, the Sound of Silence.. Quand même… Go Go Racoon Racoon !

Extrait The sound of silence 

L'équipe
Thèmes associés