Ce matin, Nesrine, chanteuse et violoncelliste qui joua sous la direction des plus grands chefs d’orchestre, nous présente son dernier album intitulé … Nesrine !

Extrait My perfect man 

Son violoncelle est hybride, débridé, conduit à bride abattue, envoie des bribes de son fulgurantes, des histoires de brides que l’on lâche, après tout la musique n’est-elle pas l’art du lâcher prise ?

Son violoncelle devient luth, Ness le caresse, le fouette, le pince, cette chose précieuse en bois centenaire n’aime rien tant que gémir sous ses doigts.
L’organologie, l’histoire de la fabrication des instruments de musique nous apprend que les hommes toujours voulurent rapprocher le son de leurs instruments de la voix humaine, la fameuse musica humana, vers laquelle veut tendre la musica instrumentalis. 

C’est chose faite avec Ness, tant l’étoffe de sa musique tissée entre les entrelacs de sa voix, les pizzicatis de son Violoncelle et les sons de l’Udu Pot, le bien nommé pot de terre indien qui fait ouh quand on le frappe…

Extrait Mumkin 

En 1999, c’était le 250ème anniversaire de Goethe. Qu’est-ce-que Goethe vient faire dans notre affaire ? Son dernier poème, en 1815 s’intitule le Divan Occidental-Oriental, en réaction aux déchaînements nationalistes qui naissent en Europe, Goethe écrit : « Les trônes se brisent, les empires tremblent, Sauve-toi ; va dans le pur Orient Respirer l'air des patriarches ! » L'Orient est synonyme de raffinement, de tradition intacte et de profondeur. Le divan Occidental Oriental, en hommage à Goethe, c’est ainsi que Daniel Barenboïm, le Juif, aidé d’Edward Saïd, le Palestinien, appela son orchestre symphonique qui réunissait chaque années 80 jeunes instrumentistes d'Israël et de Palestine dans le sud de l’Espagne, et qui comptait dans le pupitre des violoncelles, une certaine Nesrine.

Extrait Rissala 

Et comment qualifier cette musique?

Ahlala c’est un peu compliqué Ali… Avoir eu Daniel Barenboïm puis Lorin Maazel comme mentors, puis le Cirque du soleil et un groupe de tango, ça vous ouvre la tête encore faut-il réunir toutes ces influences. C’est ce que fait avec talent notre violoncelliste franco-algérienne, en fondant son premier trio en 2012, appelé sobrement Nes, avant de s’émanciper totalement aujourd’hui  pour se lancer en solo, retrouvant au passage son nom entier : Nesrine.

Sans barrières. Assumant toutes ses influences, ses origines, dans une joyeuse bamboche de sons pour reprendre cette locution désuète désormais remise au goût du jour par le préfet musicologue du Loiret Pierre Pouëssel. Voilà, c’est ça, Ali, c’est comme ça qu’on peut qualifier cette musique : une joyeuse bamboche de son. Alors que toutes les bamboches d’Orient et d’Occident s’unissent dans une grande bamboche cosmique qui sera le futur de l’humanité…

Extrait Fantasy 

L'équipe
Thèmes associés