Reporté pour cause de pénurie de matériau chez les fabricants de vinyles, le nouvel et cinquième album de James Blake est enfin dans les bacs. Un sommet de soul avant-gardiste et de romantisme digital.

Avec un nom pareil, choisi en hommage au peintre et poète britannique, William Blake, il avait annoncé la couleur : romantique. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Chez James Blake les pulsations cardiaques se transforment en phrases musicales, les pensées en textures électroniques, les émotions en couleurs vocales. Le tout étalonné par le numérique. Du grand art ! 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

« Friends that break your heart » / les amis qui vous brisent le cœur, le 5ème album de James Blake, poursuit dans la veine dub-step lyrique des précédents. 5 opus en 10 ans, et tous des chefs d’œuvres, comme « Overgrown » en 2013, et son « Life Round here ». Une pure définition du style "Jamesblakien".

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Depuis 2014 quelque chose a changé néanmoins et ça s’entend de plus en plus. Blake est désormais un « Englishman in Los Angeles ». Producteur pour Beyoncé ou Jay-Z, entre autres, et co-auteur de BO comme celle du film Black Panther. Sa palette musicale s’est modifiée et enrichie. James Blake prend un tournant R’N’B ! 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

« I’m so blessed your’re mine » qu’on vient d’entendre est une lettre reconnaissante et intranquille à l’être aimé. Car il y a toujours quelque chose qui tremble chez James Blake. Mais ici le romanisme s’aventure sur des pentes plus dansantes. Quant au titre « Say what you will » il est à l’image de ce nouvel album : un sommet vocal et stylistique de soul avant-gardiste ! 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

James Blake qui peignait déjà de beaux disques a réussi le plus vulnérable et le plus sincère des autoportraits. En pleine surenchère narcissique ce « Friends that break your heart » nous rappelle que le poison vient de la comparaison !   

  • Légende du visuel principal: L'auteur-compositeur-interprète James Blake © Getty / Rebecca Sapp/WireImage
L'équipe
Thèmes associés