Un automne Léonard de Vinci à l'occasion des 500 ans de sa mort. Une exposition au Louvre avec en sous texte le réchauffement des relations entre L'Italie et la France qui viennent de signer un accord pour le prêt de cinq œuvres, dont le célèbre "Homme de Vitruve" et la réédition des "Carnets" chez Gallimard

Leonard de Vinci
Leonard de Vinci © Getty

Vous retrouvez l’historien Marc Ferro au micro de William Leymergie, c’était dans Fréquences mômes le 25 octobre 1992, pour un gros plan sur l’enfance de Léonard de Vinci.

C'était un enfant de l'amour. Mais il n'a connu son père que tard

L'histoire de son origine l'a tellement marqué, explique Marc Ferro, que Léonard est obsédé dès l'âge de 12/14 ans par les problèmes de la naissance, de l'embryon et du caractère des gens qui n'ont pas connu leur père. C'est une sorte d'obsession morbide qui l'a poursuivi toute sa vie poursuit l'historien.

Freud a d'ailleurs écrit à ce sujet et a vu dans le fait que Léonard de Vinci a laissé un nombre d’œuvres inachevées considérable, la transcription de ce manque...

Léonard en mouvement

Et puis c'est au tour de Daniel Arasse formidable historien d’art, de revenir sur Léonard de Vinci face à Pierre Bouteiller en décembre 1997 dans l’émission Quoi qu'il en soit.

"Ce qui est très frappant chez Leonard, explique Daniel Arasse, c'est que s'il y a effectivement un développement, que ce soit au niveau de la peinture, par exemple dans les premières peintures il n'y a pas de sfumato. S'il y a un progrès dans le processus de la pensée scientifique, en même temps l'imagination de Leonard fonctionne en faisant revenir des choses anciennes.

Il est très frappant de voir, ajoute l'historien, que tel dessin ne donne pas de résultat tout de suite et réapparaît magnifiquement 20 ans plus tard."

C'est ce mouvement simultané conjoint de toute une série de données dans la pensée de Léonard qui m'a amené à sentir que cette notion de mouvement était au cœur à la fois de sa vision du monde, de son art et finalement du processus même de sa pensée.

On s’arrête le 21 mars 1960, on est sur la RTF, la chaîne nationale et le journaliste Pierre Sipriot qui présente l’émission Thèmes et Controverses, consacre son programme à la psychologie de Léonard de Vinci. 

Il reçoit la journaliste, comédienne, cinéaste et écrivaine Danielle Hunebelle et le journaliste, essayiste Emmanuel Berl.

Un grand moment de radio 

Le 25 septembre 2005, Macha Béranger recevait l’écrivain Gonzague Saint Bris dans son Allo Mâcha. Gonzague Saint Bris qui connaît bien Léonard de Vinci car il a grandi dans le château de famille du Clos Lucé à Amboise. Or c’est dans ce même château qu’a vécu et qu’est mort Léonard de Vinci.

Le génie était dans la chambre d'hôte de la maison familiale

Le duo Macha Béranger - Gonzague Saint Bris est particulièrement  croustillant.

Aller + loin

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.