En 1908 au Kaiser Museum de Berlin, une œuvre, une sculpture de Léonard de Vinci est exposée, c’est le buste de la Flora, acheté à un antiquaire londonien. Mais rapidement une rumeur court : ce buste de la Flora serait un faux. L’affaire devient un vrai scandale en ce début du XXe siècle en Allemagne.

Statue de la Flora de Leonard de Vinci
Statue de la Flora de Leonard de Vinci © Getty / Ruggero Vanni

Rééditions chez Gallimard de ses carnets.Une exposition au Louvre avec en sous texte le réchauffement des relations entre l'Italie et la France qui viennent de signer un accord pour  le prêt de cinq œuvres, dont le célèbre Homme de Vitruve, Léonard de Vinci est partout cet automne.

L'affaire de la Flora, comme si vous y étiez

Robert Arnaut s’est emparé de l'histoire du faux buste de la Flora et a mis tout son talent de conteur détective pour démêler le vrai du faux : on retrouve "Chroniques Sauvages : l’affaire de la Flora" du 25 mars 1988.

17 septembre 1908 au  Kaiser Museum de Berlin. La foule cosmopolite se presse pour voir une unique œuvre entourée d’un cordon de sécurité. Au milieu d’une salle, un buste, La Flora : l’une des rares sculptures de Leonard de Vinci : une merveille, la noblesse, l’expression, la grâce de cette femme au sourire énigmatique ne sortent de la main ni d’un artiste, ni d’un homme de sciences, mais d’un magicien. Le drapé, la couronne de fleur, le modelé des seins. Tout est sublime. 

La Flora de Léonard de Vinci, au Kaiser Museum de Berlin est-elle un faux ?
La Flora de Léonard de Vinci, au Kaiser Museum de Berlin est-elle un faux ? © Getty / Ruggero Vanni/ Getty

Le conservateur du Musée est enchanté

Grâce à un de ses rabatteurs, Wilhelm von Bode a pu acheter ce chef-d'oeuvre attribué au Maître de la Renaissance. 160 000 marks, c'est une somme ! La commission qui a pris la décision de l'achat a voté à l'unanimité. Elle tient l'acquisition comme un enrichissement inestimable des collection du Musée berlinois. 

Pendant des semaines, les habitants de Berlin défilent devant la statue, déposent des gerbes de fleurs. Les critiques sont à cours de superlatifs. Quand soudain éclate la nouvelle : 

La Flora du Musée allemand serait un faux 

Wilhelm von Bode pense que ce sont des ragots et attribue ce coups bas à des jaloux. Il se défend : "C'est une machination, une imposture. Regardez, n'est-ce pas la grâce que Vinci a cherché toute sa vie ? Souvenez-vous des propos du maître : la terre, les plans, et la lumière sont en perpétuelle évolution..." 

Comme l'opinion publique a été ébranlée, le musée se doit de mener une enquête. A Southampton en Angleterre, en novembre 1908, on parle d'un copiste qui en 1846 aurait vu un tableau de l'école de Leonard, la Flora, et à demander au propriétaire s'il était possible de recopier ce tableau sous forme de sculpture...

La suite à écouter...

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.