L'émission de Radioscopie que nous vous présentons ce soir date du 26 janvier 1969 : Jacques Chancel s'entretient avec celui qui se définissait comme un "spectateur engagé" : le sociologue et philosophe Raymond Aron.

Raymond Aron lors de l'émission Apostrophe en septembre 1983
Raymond Aron lors de l'émission Apostrophe en septembre 1983 © Getty / Eric BOUVET

Vous l’entendrez évoquer son activité de journaliste (qu'il est devenu par accident à Londres) pendant et après la guerre, et réfuter l'idée qu'il aurait pu devenir ministre de l'Information. Il parle de ses études, de sa carrière universitaire et de sa position philosophique : l'unité scientifique de son œuvre repose sur la compréhension de la société moderne. Fils d'un professeur de droit, Raymond Aron raconte aussi ses origines juives de Lorraine ("ce qui signifie une famille où le patriotisme français est enraciné"), la migration des juifs vers l'État d'Israël. Raymond Aron : "Je ne suis pas d'une famille pratiquante ou religieuse, je ne suis jamais allé au temple, peut-être une fois ou deux pendant ma jeunesse, et sauf quelques cris de mes camarades ("Sale juif", etc.) qui ne me touchaient pas, je n'avais pas vraiment pris conscience de ma judéité, le choc pour moi a été l'Allemagne hitlérienne. J'y suis allé pour la première fois en 1930. Le mouvement hitlérien venait de connaître son premier succès : 107 députés hitlériens venaient d'être élus au Reichstag". 

L'antisémitisme m'a fait prendre conscience de ma judéité parce qu'à partir de ce moment-là, j'ai tenu à l'affirmer, non pas de manière agressive, mais j'ai eu peur de montrer aux autres que je dissimulais ma judéité."

Raymond Aron n'oublie pas d'évoquer la guerre du Moyen-Orient et ses perspectives, l'indépendance de l'Algérie, la dénonciation du stalinisme, "Mai 68" et L'avenir de l'Université en France. Et plus surprenant, sa passion pour le tennis où il joue à un bon niveau puisqu'il est classé : "_Quand j'avais 15/16 ans, avant que je découvre la philosophie, mon désir passionné était de devenir champion de tennis"._Raymond Aron se définissait comme un "spectateur engagé". Il a tenté de concilier l'étude et l'action tout au long de sa vie. Il a ainsi écrit, au sujet de Max Weber, sociologue allemand dont il s'inspira : 

On ne peut être en même temps homme d’action et homme d’étude, sans porter atteinte à la dignité de l’un et de l’autre métier, sans manquer à la vocation de l’un et de l’autre. Mais on peut prendre des positions politiques en dehors de l’université, et la possession du savoir objectif, si elle n’est peut-être pas indispensable, est à coup sûr favorable à une action raisonnable."

La suite à écouter...

Radioscopie, une émission culte 

Jacques Chancel a créé cette émission le 5 octobre 1968. Elle a été diffusée sur France Inter tous les jours de 17 heures à 18 heures jusqu'en 1982, puis à nouveau à partir de 1988 jusqu'au 5 janvier 1990. Radioscopie c’est aussi des chiffres qui en disent long : c'est 2878 émissions, 3 600 invités, et un 7 d'or ! 

►►► Plus de Radioscopie et plus de Raymond Aron dans La revue de presse.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.