George Lucas a vraiment contribué à l'apparition des blockbusters et d'une industrie du cinéma centrée avant tout sur la production d'argent, alors qu'il a lui-même toujours nié faire les films pour cela. Pourtant à chaque sortie, la saga attire les foules. Pourquoi ?

Image de Star Wars : Le Retour du Jedi
Image de Star Wars : Le Retour du Jedi © AFP / Lucasfilm / Collection ChristopheL

Lorsqu'il a commencé l'écriture de Star Wars, George Lucas a progressivement envisagé de réaliser trois films, puis trois trilogies. 

La trilogie centrale étant, selon lui, la plus commerciale, c'est donc par celle-ci qu'il a débuté. La première trilogie, ou prélogie, est pour sa part réalisée vingt-cinq ans plus tard. La troisième trilogie a été mentionnée à de nombreuses reprises, au point de devenir une véritable légende et son neuvième épisode, L'Ascension de Skywalker, sort le 18 décembre 2019.

Star Wars a un important impact sur la culture populaire. Ses répliques deviennent vite cultes, comme « Que la Force soit avec toi » ou encore le « Je suis ton père » de Dark Vador. 

Les Archives 

On essaye de comprendre les raisons de ce succès dans le NRV La Suite France Inter Plus

  • D’abord avec André Asséo dans son émission, Etoiles du cinéma : le 14 octobre 1983, il reçoit Richard Marquand, le réalisateur du Retour du Jedi, il évoque le succès du film aux Etats-Unis, les secrets de cette réussite, sa rencontre et sa collaboration avec George Lucas pour réaliser cet épisode.

Richard Marquand : 

Dans cet épisode, les émotions sont poussées aussi loin que possible. Dont celles de Luke Skywalker qui cherche son père. C'est une histoire immortelle qui vient de nos cultures.

Les raisons du succès viennent dans les racines même du récit qui sont à chercher du côté du Moyen Âge : 

Richard Marquand : 

Ce film est une mythologie. On utilise la science-fiction pour "décorer le film", pour ne pas démoraliser le spectateur. Si c'était un prince médiéval, il irait au galop sur un cheval... Là, c'est un vaisseau. Les batailles se déroulent comme au Moyen Âge sauf qu'elles ont lieu dans l'espace.  

Une profusion d'effets spéciaux participe aussi à l'engouement pour le film : 

Il y a à peu près deux-cents plans de plus avec des effets spéciaux que dans La Guerre des Etoiles. C'est un film plus cher. Mais ils servent vraiment le film. Et c'est ça qu'aiment les spectateurs. Pour cela, il faut une armée de techniciens, mais ce n'est pas difficile à diriger : ils font ce qu'ils doivent faire.

Pourquoi le réalisateur anglais, Richard Marquand, s'est trouvé à travailler sur Le Retour du Jedi

Richard Marquand :

George Lucas avait vu mon film : La Larme à l'oeil. Il l'a apprécié. Il est venu me voir. On a échangé un tas de choses sur le cinéma, nos films, nos problèmes et la possibilité de travailler ensemble sur un grand film comme ça. Il avait une cinquantaine de noms sur une liste. Mais il voulait prendre le temps de choisir. 

George Lucas aime et il "vit le cinéma", il est assez secret, il a peu d'amis. 

Sur "Le Retour du Jedi", on était d'accord sur tout ! 

  • Et on retrouve Philippe Collin le 12 avril 2014, qui reçoit dans son émission Si l'Amérique m'était contée, Patrice Girod, le spécialiste de la saga et de Gorges Lucas. Où l'on apprend qu'avant de se lancer dans l'aventure de La Guerre des Etoiles, Georges Lucas a lu l'ouvrage de Joseph Campbell, Le Héros au 1000 visages, qui explique comment créer une mythologie, que Luke Skywalker serait un peu Gorges Lucas, et qu'au départ le metteur en scène rêvait de faire un conte pour enfants ! 

La suite à écouter...

À LIRE AUSSI :

À ÉCOUTER AUSSI :

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.