Toute cette semaine, on rend hommage à Kriss, grande voix de radio disparue le 19 novembre 2009, première Fipette devenue l’une des piliers de "L’Oreille en coin" et la productrice de nombreuses émissions. Ce soir, deux "Portraits sensibles".

Kriss
Kriss © (capture d'écran) © INA

Kriss a animé Portraits sensibles de 1999 à 2004. Elle y faisait des portraits atypiques d’illustres inconnus souvent, et de stars méconnues, parfois. Des gens formidables, héros du quotidien, comme si on y était.

Mes interlocuteurs n’avaient pas demandé à passer à la radio, ils n’avaient rien à vendre, juste une sensibilité à partager et pour qu’ils osent parler en confiance il fallait que j’entre dans leur monde. C’était de l’ordre de la circulation des fluides, une relation aquatique, boire les mots, s’immerger dans l’histoire, nager la même nage.

René Ben Chemoul, le catcheur

Ce soir, deux Portraits sensibles : d’abord le champion du monde de catch poids moyen René Ben Chemoul, une archive du 26 février 2001. Il a évolué dans les hautes sphères du catch pendant 30 ans, perdu moins de 20 fois sur plus de 5 000 combats… Il arrête à l’âge de 49 ans au sommet de la gloire.

Kriss rencontre René Ben Chemoul devant la chemiserie qu’il tient avec son frère et son épouse à Paris. "Le Tigre de la Lutte" sensible se dévoile.

Denise Cerkiewicz, la marchande

Puis on finit la semaine d’hommage à l’animatrice Kriss avec le Portrait sensible de Denise Cerkiewicz, propriétaire d’une boutique de maroquinerie de luxe dégriffée qu’elle considère comme "la boutique la plus laide du monde." Une archive du 18 mai 2002.

Aller + loin

Kriss dans l'Oreille en coin (à 4'13)

Les autres épisodes

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.