Dimanche dernier avait lieu le référendum sur l'indépendance du territoire, et la réponse a été majoritairement non. Laurent Goumarre et Christophe Bourseiller parlent des conséquences de ce scrutin.

Des panneaux affichant des campagnes de différents groupes politiques favorables à l'indépendance de la Nouvelle-Calédonie ou opposés à son indépendance vis-à-vis de la France;
Des panneaux affichant des campagnes de différents groupes politiques favorables à l'indépendance de la Nouvelle-Calédonie ou opposés à son indépendance vis-à-vis de la France; © AFP / THEO ROUBY

Indépendance en Nouvelle-Calédonie : c'est non 

Le référendum sur l’indépendance avait lieu ce week-end en Nouvelle-Calédonie. Le résultat est clair : le « non » l'a emporté avec 56,4% des voix, selon le Haut-Commissariat de la République en Nouvelle-Calédonie. Le « oui » a obtenu 43,6 % des voix et le taux de participation s'élève à 80,63%.

Quelles disparités révèlent ce vote au sein de la Nouvelle-Calédonie ? Au-delà, qu’est-ce que le maintien de la République Française dans le Pacifique change sur le plan international ? 

Enfin, pour quelles raisons la France se réjouit-elle de garder la Nouvelle Calédonie dans son giron ?  

Un débat éditorialisé par Christophe Bourseiller. 

Ce soir, pour débattre : 

  • Angie David, éditrice et écrivaine calédonienne 
  • Jean Michel Dumay, journaliste au Monde diplomatique 
  • Isabelle Leblic, ethnologue, spécialiste de la Nouvelle Calédonie et du Pacifique
  • Bastien Vandendyck, géopolitologue, analyste en relations internationales, a vécu en Nouvelle Calédonie et a publié notamment une étude intitulée « Les enjeux du processus d’indépendance de la Nouvelle-Calédonie » pour l’Institut des relations internationales et stratégiques (l’IRIS)

Programmation musicale : 

  • Chris Isaak – "Baby did a bad bad thing"
  • Odetta Hartman – "Only you"
  • Vanessa Paradis – "Ces mots simples"
Les invités
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.