Dans le Nouveau Rendez-Vous, la suite, nous aborderons la délicate question du retour en France des djihadistes français. Que doit faire le gouvernement vis-à-vis de ces hommes et de ces femmes partis rejoindre les rangs de l'Etat Islamique en Syrie ou en Irak.

Une photo prise à Beaumont-en-Véron près de Chinon, le 11 février 2017, montre le centre de Pontourny, le premier centre français pour la prévention, l'intégration et la citoyenneté (CIPC) actuellement vide.
Une photo prise à Beaumont-en-Véron près de Chinon, le 11 février 2017, montre le centre de Pontourny, le premier centre français pour la prévention, l'intégration et la citoyenneté (CIPC) actuellement vide. © AFP / GUILLAUME SOUVANT

Ce soir dans le Nouveau Rendez-Vous, la suite, 

Quelle attitude le gouvernement français doit-il adopter ?

Suite au retrait des troupes américaines de Syrie, le gouvernement français se retrouve face à un « casse-tête sécuritaire, juridique et politique » comme l’ont écrit les journalistes du Monde.

Pour des questions sécuritaires, faut-il accepter de faire rentrer ces ressortissants français dans un processus judiciaire en France plutôt qu’en Syrie ou en Irak ? Par exemple, le retour du français d'Adrien Guihal pose problème. Il avait notamment revendiqué l'assassinat à Magnanville d'un policier et de sa compagne puis l'attentat de Nice, le 14 juillet 2016.

Que faire des enfants de ces djihadistes ?

Comment accueillir le retour des nombreux enfants de ces ressortissants ? Sur la centaine de français actuellement détenus dans des camps au Kurdistan syrien 75% auraient moins de 7 ans. Ce qui ajoute, aux enjeux sécuritaire et judiciaire, une véritable problématique sociale. 

Qui va revenir ? Comment gérer leur retour ? Que faire de ces Français qui, au nom du djihad, sont partis ces dernières années rejoindre l’organisation Etat Islamique en Syrie et en Irak ? 

Est-ce que la justice va pouvoir travailler sereinement, alors qu'on imagine aisément que ces débats vont exacerber les tensions politiques et prendre une place importante sur la scène médiatique. Comment ne pas tomber dans "l'hystérisation" du débat ?

Un débat éditorialisé par Christophe Bourseiller

Pour répondre à ces questions, nous recevons :

  • Jeannette Bougrab : ex-ministre, membre du conseil d’état, auteure de « Lettre aux femmes voilées et à ceux qui les soutiennent » éditions du Cerf
  • Matthieu Suc : journaliste à Mediapart et auteur de l’enquête  « Espions de la terreur » qui vient de paraître aux éditions Harper Collins
  • Matthieu Delahousse : grand reporter à l’Obs et auteur de « La Chambre des coupables » paru aux éditions Fayard.
  • Achraf Ben Brahim : politologue, auteur entre autres de  « L’Emprise : enquête au cœur de la Djihadosphère » paru chez Lémieux éditeur

Programmation musicale :

BOBBY WOMACK  - Across 110TH street

ARCTIC MONKEYS - One point perspective

GAËTAN ROUSSEL - Début

Les invités
  • Jeannette Bougrabavocate, maître des requêtes au Conseil d’Etat. ancienne secrétaire d’Etat à la Jeunesse et à la Vie associative (2010-2012), ancienne présidente de la Haute Autorité de lutte contre les discriminations et pour l'égalité - HALDE (2010)
  • Matthieu SucJournaliste indépendant
  • Matthieu Delahousse
  • Achraf Ben Brahim
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.