Cinéma au programme, avec Thierry Klifa qui dirige Catherine Deneuve et Nekfeu dans le polar "Tout nous sépare", confrontation haletante entre une mère bourgeoise et un jeune de banlieue sur fond d'histoire de chantage, et Rachid Hami et ses jeunes acteurs, qui démontrent le pouvoir de la musique dans "La Mélodie" !

Rachid Hami et Thierry Klifa
Rachid Hami et Thierry Klifa © TIZIANA FABI / AFP et Stephane Cardinale - Corbis/Getty

Fan de film noir américain des années 50, et de grandes actrices, Thierry Klifa retrouve Catherine Deneuve une troisième fois (après Les Yeux de sa mère et Le Héros de la famille) pour Tout nous sépare un thriller à couper le souffle, en salles ce mercredi 8 novembre. Sur fond de chantage et de disparition, le réalisateur et scénariste organise la confrontation entre deux mondes - celui de la famille bourgeoise dont Deneuve est la mère et Diane Kruger interprète la fille - et celui d'une cité de Sète et d'un jeune entraîné vers la délinquance - la révélation Nekfeu.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Dans La Mélodie, qui sort aussi le 8 novembre, Rachid Hami met en scène Kad Merad en Simon, musicien désabusé et prof de violon auprès d'élèves difficiles dans un collège parisien. Malgré des méthodes rigides, l'instrument passionne le jeune Arnold, timide maladif incarné par Renély Alfred. L'objectif de Simon est d'emmener les enfants jouer à la Philarmonie de Paris. La joie et le pouvoir de la musique sont au centre de ce film porté par ses jeunes acteurs, dont Youssouf  Gueye, et donc Renély Alfred, également invités aux côtés de Rachid Hami. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

En live dans l'Instant V de Valli, l'envoûtant Warhaus, pseudonyme solo du chanteur du groupe Balthazar, fait découvrir trois titres de son album éponyme (Pias) aux influences sixties (Bob Dylan, Leonard Cohen...)

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Programmation musicale : 

  • WARHAUS - Live 1 : "Love's a stranger"
  • WARHAUS - Live 2 : "Everybody"
  • WARHAUS - Live 3 : "Mad World"
  • JUNIORE - "Extralucide"
L'équipe