Ce soir, Laurent Goumarre nous prépare une émission tout en musique. René Jacob donne le la à Léonie Pernet qui sera en live dans nos studios.

Le musicien et chef d'orchestre, René Jacobs pendant une conférence de presse de la Ruhrtriennale à la Jahrhunderthalle à Bochum, en Allemagne, le 3 août 2016.
Le musicien et chef d'orchestre, René Jacobs pendant une conférence de presse de la Ruhrtriennale à la Jahrhunderthalle à Bochum, en Allemagne, le 3 août 2016. © Maxppp / MAJA HITIJ/EPA

Ce soir, dans le Nouveau Rendez-Vous,

  • La chanteuse Léonie Pernet, la nouvelle révélation électro-pop en tournée dans toute la France nous interprétera en live des chansons de son album Crave chez Infiné
  • Le chef d'orchestre belge René Jacobs qui est à la direction musicale d'Il primo omicidio, un oratorio de Alessandro Scarlatti actuellement au Palais Garnier.

La minutie au service de la musique

En septembre dernier, Léonie Pernet nous offrait son premier album Crave, 4 ans après l'EP Two of us qui avait fait parvenir sa voix à nos oreilles. Cet album, nous l'avions découvert grâce au clip choc African Melancholia montrant les tribulations d'un réfugié soudanais dans la capitale.  Alors pourquoi donc 4 longues années ? 

C’est de la folie, n’est-ce pas, tout ce temps ? Bon, c’est d’abord une question de méthode de travail, je n’en ai pas. Et j’en avais encore moins il y a quatre ans !

Même si elle le nie, elle en a, une méthode de travail : celle de la feuille blanche. Partir de rien pour errer dans les méandres de l'écriture et de la composition musicale. Perfectionniste, cette femme orchestre essaye des dizaines de mélodies sur plusieurs instruments pour arriver au rythme et à la structure parfaite

C'est en concert un peu partout en France que vous pourrez retrouver la talentueuse Léonie Pernet, en attendant un prochain projet, et en espérant qu'il viendra plus vite que le dernier. 

De la douceur sur fond de fratricide

Cet oratorio à 6 voix nous plonge dans une histoire de fratricide qui a fasciné l'Italie du XVIème siècle. Le spectacle interroge la part du Mal dans le sacré, dans le divin. La musique nous accompagne dans cette sombre histoire avec une étrange et troublante douceur. 

Après avoir dirigé des opéras de Bach, Haendel ou Monteverdi, le maître de la musique baroque René Jacobs a contribué à la redécouverte de ce trésor méconnu qui se donne pour la première fois à l'Opéra de Paris.

Accompagné du metteur en scène et plasticien Romeo Castellucci, René Jacobs a renforcé son effectif musical en ajoutant des hautbois, des trombones et des flûtes à bec pour offrir de la fougue et de la vie à la grande salle du Palais Garnier. 

La chronique du jour : les Nouveautés Nouvelles

Au programme également, les Nouveautés Nouvelles, la playlist de Marion Guilbaud, une sélection qui on l'espère ravira vos tympans car elle a ravi les nôtres.

  • Le duo tendance Karen O & Danger Mouse ! D'un côté, elle s’appelle Karen Lee Orzolek, dite Karen O, elle est américaine, elle est la chanteuse du groupe new-yorkais Yeah Yeah Yeah, un honnête combo rock avec lequel elle s’agite beaucoup !  De l'autre, son nouveau meilleur ami, c’est Danger Mouse. Un musicien et producteur que tout le gratin pop s’arrache Gorillaz, Black Keys, Gnarls Barkley ! Ensemble, ils ont enregistré un album « Lux Prima ». un extrait à écouter ici.
  • On continue en sifflotant avec le crooner suédois Jay Jay Johanson, un artiste qui s’était fait connaitre à la fin des années 90. Avec un mélange inédit et réussi de trip hop et de jazz cool et une voix androgyne vraiment bluffante qui lui permet d’élever sa mélancolie profonde bien au-dessus de la moyenne pop ! Le son est bon et il s'appelle Heard Somebody Whistle.
  • Clara Luciani & Philippe Katerine, le duo décapant pour le morceau Qu'est-ce que t'es beau.

LEONIE PERNET (live) : Butterfly

LEONIE PERNET (live)  : Last Track

LEONIE PERNET (live) : India song

Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.