Où en est l’espionnage au XXIème siècle ? Les barbouzes d'hier ont-ils laissé la place à des hackers économiques ultra performants ? Et où sont les femmes ? L'univers du renseignement s'est-il féminisé ?

Documents top secret.
Documents top secret. © Getty / DNY59

Peut-on alors parler aujourd'hui d'une dédiabolisation du renseignement ? Jean Guisnel est journaliste et auteur de Histoire secrète de la DGSE. Il affirme que "des gens qui vont à l’extérieur de la France, violer les lois des pays étrangers, pour récupérer l’information, qui n’est pas de l’information ouverte, pas de l’information grise, qui est de l’information secrète, celle qu’il faut voler, celle qui faut acheter, celle qui faut arracher par des moyens que l’on n’apprend pas vraiment à l’école de la République. C’est un univers sulfureux, mais qui depuis une dizaine d’années, est plus ouvert".

Il y a de plus en plus de budget, et de besoins, il faut de plus en plus de monde pour assurer ces missions.

Où en est l'ère des barbouzes ? 

Roland Pietrini est ancien agent français, il revient sur la question des barbouzes, légendaires espions et images d'Epinal de l'espionnage : "Je pense que lorsqu’on veut faire des opérations clandestines, offrant des garanties pour un Etat à ne pas se mettre en avant, de ne pas risquer une découverte et donc se mettre en difficulté, il me semble que l’on pourrait utiliser de temps en temps des officines non-officielles, qui pourraient prolonger une action menée contre des terroristes par exemple".

Les femmes au sein de l'espionnage 

En Russie, le mythe de femmes soviétiques communistes travaillant pour les services secrets est un très grand mythe. 

Sergeï Jirnov, ancien espion du KGB explique qu'en réalité, elles étaient très peu dans ce cas : "le seul service qui utilisait des femmes était le service des illégaux, et les femmes, la plupart du temps était les épouses d’un espion, elle était donc soit opératrice radio, ou codeur – décodeur. La femme n’était absolument pas au milieu du service." 

Dans les années 1980, une femme est devenue célèbre en France, elle était officier du service Action, et elle a été mise en lumière par la sombre affaire du Rainbow Warrior : Dominique Prieur. Réécoutez l'histoire du Rainbow Warrior, qui a été l’histoire de l’échec le plus retentissant des services secrets français lors d’une opération extérieure.

Quels sont les pays aujourd’hui qui ont les services les plus performants ?

Selon Jean Guisnel, il s'agit des plus grands pays du monde : Russie, Chine, Israël. 

Mais la France met des moyens dans l’espionnage.

Invités

  • Rémi Kauffer, historien et journaliste, auteur de Les Femmes de l’ombre (Perrin).
  • Sergeï Jirnov, ancien espion du KGB
  • Jean Guisnel, journaliste, auteur de Histoire secrète de la DGSE (Robert Laffont). 
  • Roland Pietrini, ancien agent français, officier de réserve, consultant opérationnel. Dernier livre, Piège au Levant (Pierre de Taillac).

Live : Air India

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.