Un an et demi après l'affaire Weinstein qui a fait trembler le cinéma, c'est l'industrie musicale qui est aujourd'hui mise en cause.

Musique : les femmes s'en mêlent, c'est la valse des machos, Juliette Armanet à Paris, le 2 décembre 2017.
Musique : les femmes s'en mêlent, c'est la valse des machos, Juliette Armanet à Paris, le 2 décembre 2017. © Getty / Richard Bord

Les femmes dans la musique : respect ?

A l’occasion du Printemps de Bourges, le magazine Télérama a publié un manifeste dénonçant le sexisme au sein de l’industrie musicale : le F.E.M.M. (Femmes Engagées des Métiers de la Musique). Ce manifeste a été signé par plus de 1000 femmes dont de nombreuses artistes comme Jeanne Added, le duo Brigitte ou vous, Juliette Armanet et il appelle au changement des mentalités et des pratiques.

En parallèle de la publication du manifeste, Télérama a réalisé une enquête plus qu’édifiante qui montre que les problèmes d’agressions sexuelles et d’écarts salariaux sont encore très présents dans le monde de la musique. 

  • Alors quels sont ces comportements sexistes qui sont vécu quotidiennement par beaucoup de femmes ? 
  • Pourquoi cette prise de conscience arrive un an et demi après l’affaire Weinstein ? 
  • Comment faire pour lutter contre les inégalités hommes – femmes dans le monde de la musique ?

Musique : c'est la valse des machos ?

Un débat éditorialisé par Benoit Lagane

Pour en discuter, nous recevons :

  • Hervé Bordier, directeur du festival de musique Rio Loco à Toulouse (Fatoumata Diawara, Ibibio Sound Machine ou encore Jeanne Added pour la prochaine édition)
  • Sophie Rosemont, journaliste et auteure de « Girls Rock » chez Nil éditions.
  • Stéphanie Fichard, productrice, membre du collectif F.E.M.M
  • Juliette Armanet, autrice, compositrice, interprète 
  • Marion Guilbaud, journaliste et programmatrice musicale à France Inter. 

Programmation musicale :

  • YOKO ONO - Sisters o sisters
  • JULIETTE ARMANET - Cavalier seule
  • ALDOUS HARDING - The barrel
Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.