Ce soir, Laurent Goumarre reçoit Thomas Jolly, celui qui avait plongé Avignon dans l'effroi avec son adaptation puissante de Thyeste, une tragédie de Sénèque des plus noires. A ses côtés, l'artiste plasticienne Françoise Petrovitch, exposée au Louvre Lens pour "Tenir".

Thomas Jolly, jouant Astrée dans la pièce "THYESTE" qu'il a mis en scène au Festival d'Avignon
Thomas Jolly, jouant Astrée dans la pièce "THYESTE" qu'il a mis en scène au Festival d'Avignon © AFP / Boris Horvat

Ce soir, dans le Nouveau Rendez-Vous : 

  • Thomas Jolly, pour son adaptation de Thyeste de Sénèque, à La Villette à partir du 26 novembre. 
  • Françoise Petrovitch pour son exposition Tenir, au Louvre Lens. 

Inquiétudes modernes et tragédies antiques 

S'étonne-t-on encore de la résonance du théâtre antique avec notre contemporanéité ? 

L'adaptation de la tragédie de Sénèque : Thyeste, par Thomas Jolly, en fournit en tout cas une autre preuve. Le désir du pouvoir déchire les frères Atrée et Thyeste, une lutte fratricide qui pousse le vice jusqu'à l'anthropophagie et la violence consanguine.

Une pièce sur le mal et la cruauté qui a traversé les âges, interpellant l'humanité sur les risques liés à la désunion et au libre cours des passions. 

  • Thomas Jolly : 

La vraie violence de la pièce, ce sont les ténèbres. Quand le soleil ne veut plus se lever. La véritable violence de la tragédie c'est qu'elle ne donne pas d'issue, elle vous met face à un mur, concret et mental. C'est à nous, en revenant chez nous, en errant dans les rue, de réfléchir à ça, et trouver en soi les voies de sortie. 

Une immersion forte créée par un théâtre total, reproduisant les chœurs et les chants du théâtre antique. 

L'art pour tenir 

L'artiste Françoise Petrovitch est doublement exposée en ce moment au Louvre Lens, pour "Tenir". Cette exposition fait événement car c'est pour le musée une double première. La première oeuvre pérenne exposée dans le parc du musée : un buste de femme tenant dans ses bras un corps mi-homme mi-lapin, à l'envers. Première artiste contemporaine également à être exposée temporairement au Louvre Lens, dans le Pavillon de verre. 

À l'origine du projet se trouve un élan collectif, issue de plusieurs associations qui voulaient créer une exposition en hommage aux plus démunis. Une exposition dédiée donc à la beauté de la résistance solidaire, du combat pour la vie de ceux qui tiennent bon, qui tiennent debout. 

  • Françoise Petrovitch : 

Mes figures sont souvent des corps fragiles et vulnérables, mais possédant une faculté de résistance. 

La chronique du jour 

Le lundi, c'est "L'Afrique en solo". Au programme de Soro Solo aujourd'hui, l'album  "Afro Groove Queen" de l'ivoirienne Manu Gallo. 

  • Programmation musicale : 
  • JULIETTE ARMANET – "Cool cat"
  • EELS –  "Bone dry"
  • JULIEN BAER – "Drôle de situation"
Les invités
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.