Ce soir, Nanni Moretti revient sur les années Pinochet avec "Santiago, Italia". A ses côtés, Mohamed Hamidi se délocalise en banlieue dans "Jusqu'ici tout va bien". Ce sont les invités cinéma de Laurent Goumarre.

Le réalisateur, scénariste et acteur, Nanni Moretti Festival du film de Rome le 30 octobre 2017.
Le réalisateur, scénariste et acteur, Nanni Moretti Festival du film de Rome le 30 octobre 2017. © Getty / Franco Origlia

Ce soir dans le Nouveau Rendez-Vous, 

  • Le réalisateur Nanni Moretti évoque dans son documentaire les relations entre l'Italie et le Chili pendant la dictature de Pinochet. 
  • Mohamed Hamidi raconte, le temps d'un film, le déménagement d'une entreprise parisienne à la Courneuve. 

Tous les chemins mènent à Rome...

A l'heure où l'Italie de Matteo Salvini, se crispe sur la question des migrants, le réalisateur Nanni Moretti  rappelle que son pays a été autrefois une terre d'accueil. 

En 1974, les Etats-Unis décident de faire du Chili un laboratoire économique ultra-libéral. Ils placent le Général Pinochet à la tête du pouvoir en renversant le président légitime Salvadore Allende. Les forces aériennes chiliennes bombardent leur propre palais présidentiel, et la démocratie laisse place à la dictature. La répression s'emballe, les opposants sont enfermés dans le Stade National qui devient une prison à ciel ouvert pour plus de 40 000 personnes, Pinochet  restera à la tête du pays pendant 15 longues années.

A cette époque, l'ambassade italienne à Santiago s'active pour venir en aide à des centaines d'ennemis du régime. Elle leur offre un refuge, et leur permet surtout de rejoindre l'Italie. Ce film résonne comme une piqûre de rappel, pour certains italiens qui oublient un peu vite que leur pays s'est engagé pour le Chili il y a 40 ans. 

Nanni Moretti, de passage est revenu sur l'affaire Cesare Battisti. Sa position est claire : 

Les brigades rouges ont tué beaucoup de gens sans défense au nom d’une guerre qui n’existait pas, qu’ils ont inventée [...] Certains de ces terroristes ont été accueillis en France, parce qu’on a cru qu’en Italie un système autoritaire et répressif était au pouvoir. La France n’a rien compris de ce qui se passait en Italie il y a 40 ans. 

... Et à la Courneuve

Mohamed Hamidi, metteur en scène, scénariste et réalisateur pednant le Festival international du film de comédie de l'Alpe d'Huez le 16 janvier 2019.
Mohamed Hamidi, metteur en scène, scénariste et réalisateur pednant le Festival international du film de comédie de l'Alpe d'Huez le 16 janvier 2019. © Maxppp / Frédéric Dugit/PHOTOPQR/LE PARISIEN

Cinéma toujours  avec Mohammed Hamidi pour son troisième film : Jusqu'ici tout va bien. On y retrouve Gilles Lellouche, en chef d'entreprise poursuivi par le fisc pour fraude fiscale. Afin d'éviter de payer une amende, il s'engage à déménager son entreprise parisienne à la Courneuve. 

Choc des cultures entre bobos parisiens et le 93. 

Si nous, on ne parle pas de la banlieue, nous qui la connaissons, qui la vivons et qui l'avons vécue, qui va le faire ?

Après Nés quelque-part et La Vache, une comédie pure pour Mohamed Hamidi ne fait pas l'économie d'une position sociale

La chronique du jour

Le lundi retrouvez l'Afrique en Solo. Au programme de Soro Solo, le chanteur camerounais Gino Sitson pour « Echo Chamber », son 8ème album. (sortie  le 22 mars). Signe particulier, donne de la voix et joue des percussions avec son corps

Programmation musicale :

VIOLETA PARA - Gracias a la vida

MIOSSEC - Les gens (quand ils sont les uns dans les autres)

GEORGIO - Miroir

Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.