Ce soir dans le NRV la suite, on revient sur l'état de l'animation en France.

Photo extraite du film « J’ai perdu mon corps », de Jérémy Clapin.
Photo extraite du film « J’ai perdu mon corps », de Jérémy Clapin. © REZO FILMS

Tous les ans avant les grandes vacances, la France s’anime à l’occasion du festival d’Annecy. Un rendez-vous important, surtout pour le 3ème plus gros producteur d'animation au monde après les Etats-Unis et le Japon.

Le festival de Cannes vient de récompenser du grand prix de la semaine de la critique le film français J’ai perdu mon corps signé Jérémy Clapin. C'est une première pour un film d'animation à la semaine de la critique, et ça nous a donné envie de nous poser quelques questions au NRV la suite. 

  • Quel visage l’animation française va-t-elle montrer lors du prochain festival d’Annecy ? 
  • Le cinéma d’animation hexagonal peut-il crier victoire face aux blockbusters américains ? 
  • Au-delà des films familiaux, comment l’animation pour adultes arrive-t-elle à s’imposer
  • Et enfin, à l’heure du 50/50, le cinéma d'animation est-il un exemple à suivre en ce qui concerne la parité ? 

Quand la France s’anime, pas si minuscule ?

Un débat éditorialisé par Benoit Lagane

Pour en discuter, nous recevons :

  • Jérémy Clapin, réalisateur de J'ai perdu mon corps grand prix à la semaine de la critique à Cannes
  • Guillemette Odicino, journaliste et critique à Télérama
  • Patricia de Wilde, cofondatrice du collectif les femmes s’animent 
  • Philippe Delarue, producteur de Minuscules 2 sortie en dvd le 30 mai

Programmation musicale :

  • VANESSA PARADIS/M - La Seine
  • TYLER THE CREATOR - I think
  • VOYOU/YELLE - Les bruits de la ville
Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.