Cette année, la Gacilly a choisi d'exposer des photographes des pays nordiques. Et jusqu'au 31 octobre toute cette petite ville est immergée dans ces paysages souvent menacés par le réchauffement climatique. Isabel Pasquier.

Le thème du Festival de La Gacilly : "Plein Nord" à voir jusqu'au 31 octobre
Le thème du Festival de La Gacilly : "Plein Nord" à voir jusqu'au 31 octobre © Maxppp / Marc OLLIVIER

Etrange décalage : sous le soleil qui inonde la Gacilly et ses hortensias bleus, sur les murs de gigantesques portraits d'un inuit. A genoux sous une tempête de neige, les bras tendus vers nous, il semble remercier le ciel pour ce froid qui est sa condition de survie. 

  • Des photos entre ciel et glace du finlandais Tina Iktkonen. Cette année le festival de la Gacilly met le cap vers le Nord, comme une urgence pour une planète déboussolée.  Le festival se fait  lanceur d'alerte mais également lanceur d'émerveillement et d'espoir.  
  • Près de la rivière, les photos très épurées, de Pentti Sammallathi, grand maitre finlandais du noir et blanc qui semble photographier le silence. Un vol d'oiseaux tel un poème écrit dans le ciel gris, sa seule arme pour défendre la nature.
  • Plus loin, les photos fascinantes du suédois Sune Jonsson. Avec la même sensibilité que Walker Evans ou Willy Ronis, il capte la vie des paysans dans la Suède des années 50.    
  • Cette fois on perd le nord, direction l'ancien garage avec Nick Brandt. Le photographe britannique nous montre des éléphants, des girafes sauvages complètement perdues au milieu des usines, des chantiers de construction, une vision surréaliste et dystopique aux lumières de cauchemars.    
  • A la Gacilly on montre aussi des initiatives pour réenchanter le monde. La photographe allemande Ullla Lohmann documente le reboisement de Madagascar avec des ONG. La désastreuse déforestation menace la population et aussi les lémuriens, animaux sacrés et esprits  protecteurs.   
Les invités
Thèmes associés