Le costume de Gérard Philipe
Le costume de Gérard Philipe © radio-france / Collections Association Jean Vilar

C’est l’ouverture ce soir du 68èmefestival d’Avignon avec la création à 22h00 dans la Cour d’honneur d’une nouvelle version du «Prince de Hombourg» de Kleist dans une mise en scène de l’italien Giorgio Barberio Corsetti. Pièce mythique qui avait été créée en 51 avec Gérard Philipe dans le rôle titre .

Les fameuses trompettes de Maurice Jarre, l’hymne d’Avignon, devrait résonner dans l'enceinte du Palais des Papes. Pour marquer la première année de sa direction, Olivier Py, a confié à Giorgio Barberio Corsetti le soin de monter "Le Prince de Hombourg".

Cette pièce de Kleist, écrite au début du 19ème siècle, a été créée en 1951 par Jean Vilar avec Gérard Philipe dans le rôle titre. 51 a été une année exceptionnelle pour le Festival puisque Gérard Philipe a aussi joué "Le Cid" de Corneille".

Les costumes d'origine du Prince sont à découvrir dans l'entrée de la Maison Jean Vilar à Avignon.

La pièce a été rarement montée depuis, Gérard Desarthe a interprété le rôle dans les années 80, Daniel Mesguich en a présenté une version il y a dix ans dans laquelle jouait Xavier Gallais qui endosse cette année le rôle du Prince. Il a la lourde tache de marcher dans les pas de Gérard Philipe.

C'est un grand personnage et une écriture importante, c'est le genre de rôle qui ne laisse pas indifférent, on est obligé de donner un peu de sa chair et de son âme. C'est un texte qui vous transforme. En plus dans cette cour cela a une résonance particulière car déjà adolescent j'étais fan de Gérard Philipe. Il était pour moi le symbole de l'acteur français lumineux par rapport à des acteurs plus ombrageux. Je vais essayer de rentrer humblement dans son costume, on me fait un beau cadeau. Il avait un belle vision du théâtre entre l'exigence et le désir du théâtre pour tous.

La mise en scène de Giorgio Barberio Corsetti s’annonce féérique, avec une belle distribution, au côté de Xavier Gallais, on retrouve Luc-Antoine Diquero et Anne Alvaro

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.