Ubu 1
Ubu 1 © radio-france

Alfred Jarry a écrit plusieurs versions d’Ubu. Olivier Martin-Salvan a choisi la plus courte « Ubu sur la butte » qui au départ un oeuvre pour un théâtre de marionnettes. Le spectacle se balade de villes en villes dans le Vaucluse et dans le Gard et parfois dans des lieux insolites.

Pour façonner son personnage, Olivier Martin-Salvans’est inspiré des plus grands dictateurs de la planète

J’ai beaucoup regardé les vidéos de Kim Jong-Un. Les plus grands tyrans sont ceux que l’on a envie d’embrasser. Le spectateur a envie de m’aimer parce que je suis rond, mais il se rend compte que je dis des horreurs. Kim Jong-Un a une bonne tête, on a envie de lui faire des câlins. Le sport est arrivé très vite dans notre démarche car c’est un monde cruel. Les scénographes Clédat et Petitpierre ont eu cette idée de l’aérobic. C’est un sacré terrain de jeu. Cela amène un vocabulaire.

Olivier Martin-Salvan dans Ubu
Olivier Martin-Salvan dans Ubu © radio-france

Le dispositif scénique est en quadri frontal. Le public est assis sur des chaises autour de grands tapis de gymnastique. Car cette version est transposée dans un univers de salle de sport. .

Ubu emmène ses soldats à la guerre, comme un coach dirige ses sportifs dans une salle d’aérobic.

Les comédiens ne se ménagent pas et se transforment en gymnastes pour cette adaptation à cent à l’heure , très rythmée et potache. Les coups de polochons pleuvent. Mathilde Hennegrave incarne Mère Ubu.

Ubu tourne dans le Vaucluse et dans le Gard, mais aussi dans des lieux plus insolites (concession automobile, centre AFPA, maison d'arrêt...) Aller au contact d’un public qui ne ferait pas la démarche d’aller voir un spectacle à Avignon. C’est aussi cela la décentralisation culturelle. Une nécessité pour Olivier Martin-Salvan

C’est le sens de ma vie en ce moment. Je viens d’une famille qui n’est pas dans la culture. J’ai découvert le livre très tard. En découvrant vraiment le théâtre à 18 ans en arrivant à Paris, j’ai trouvé ahurissant que le livre et le théâtre ne soient pas au centre de la vie de chacun. On a beaucoup de travail à faire sur le renouvellement du public. Ca change tellement la vie ! Je souhaite que le spectateur soit transformé en regardant le spectacle. Il faut que les artistes aillent au devant du public. C’est comme cela que les municipalités s’engageront. Chaque soir je discute avec le Maire et j’y vais un peu fort. Je leur dit que créer des orages dans son cerveau cela évite Alzheimer ! J’ai lu cela dans un article écrit par des neurologues. C’est une bataille constante.

Ubu est en tournée autour d’Avignon jusqu’au 23 juillet.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.