Sylvie Guillem
Sylvie Guillem © Radio France / Bill Cooper

Cette semaine à Lyon aux Nuits de Fourvière, en septembre à Paris au Théâtre des Champs-Elysées et à Tokyo en décembre pour la tout dernière, la danseuse étoile Sylvie Guillem fait ses adieux. Celle qui a été à 19ans danseuse étoile du ballet de l’Opéra de Paris tire sa révérence.

Dans « Life in progress » elle danse un solo d’Akram Khan avec des musiciens. Ensuite un pas de deux de Russell Maliphant avec Emanuela Montanari . Et puis un solo de Mats Ek .

Elle aurait pu continuer à danser un peu plus longtemps. Mais elle ne se voyait pas vieillir sur scène

J’aime danser avec de l’énergie et de la motivation. Effectivement j’aurai pu faire des choses moins difficiles mais j’aime la scène et j’aime me donner à fond. Je n’avais pas envie de danser jusqu’à 70 ou 80 ans et d’entendre : « Ah vous dansez encore ! Ah je vous avais vu, c’était bien avant ! » Je n’ai pas envie d’entendre cela. Je sais que cela va être difficile. C’est une décision très douloureuse à prendre mais au moins la blessure sera nette

Ce qui a toujours caractérisé Sylvie Guillem, c’est son indépendance. Quand elle quitte avec fracas l’Opéra de Paris en 89, on crie au scandale. A Londres au Royal Ballet on la surnomme « Mademoiselle NON » . Sylvie Guillem c’est un sacré destin. Elle restera à jamais dans l’histoire de la danse, la plus jeune danseuse étoile de l’opéra de Paris.

J’ai eu beaucoup de chance. Je suis tombée par hasard dans un lieu pour lequel je n’étai pas faite et j’ai aimé tous les moments. C’est pour cela que la décision a été difficile à prendre parce que c’est ma vie depuis que j’ai 11 ans. Je n’ai pas cessé de m’émerveiller d’être en scène sans jamais ressentir la notion de sacrifice. C’était un devoir de la faire, car j’avais de la chance et c’est un endroit extraordinaire. Mais je suis née aussi avec des outils pour faire de la danse, dont mes pieds. Mon père avait les mêmes !

Une nouvelle vie va commencer pour Sylvie Guillem. Son nouveau combat : défendre la préservation de la planète. Elle va militer aux côtés de l’activiste Paul Watson, le co-fondateur de Greenpeace .

L'intégralité de l'interview de Sylvie Guillem avec Stéphane Capron :

9 min

Sylvie Guillem quitte la scène

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.