Chaque début année c'est pareil: on commence par s'adresser de bons voeux! On se souhaite de la joie, de la réussite, une bonne santé, de l'amour et plein de bonnes choses. Mais si nous formulons tous ces voeux c'est en même temps parce que nous reconnaissons que nous ne connaissons pas le futur et que nous ne pouvons pas grand-chose! Nos voeux sont aussi les symptômes de l'impuissance de notre volonté à vouloir effectivement que le meilleur arrive.

Et pourtant quand nous formulons des voeux nous découvrons aussi la possibilité de vouloir pour quelqu'un d'autre que soi. N'est ce pas dans ce souci de l'autre que réside d'abord la "bonté" de ces bons voeux? Alors arrêtons de nous souhaiter la bonne année de façon machinale et redécouvrons la portée morale de ces voeux de bonne année!

L'équipe

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.