Socrate, Spiderman et Nietzsche : même combat?

Spider-Man est de retour sur les écrans dans le 2ème volet de la nouvelle adaptation des aventures de l’homme-araignée : the amazing Spider-Man. La dernière adaptation, celle de Sam Raimi, n’était pourtant pas si vieille (2002). Alors à quoi bon revoir l’histoire de ce super-héros que l’on connaît tous plus ou moins ? Est-ce à dire que le mythe n’était pas épuisé ? Après un premier volet sorti en 2012 dans lequel l’enjeu était un enjeu moral : le choix entre le bien et le mal, l’enjeu de ce nouveau chapitre est clairement métaphysique. Sommes nous libres de choisir notre existence ou sommes nous les jouets d’un destin qui nous manipule ? Telle est la question que doit maintenant affronter Peter Parker et qui fait remonter des profondeurs de notre esprit, cette antique injonction attribuée à Pindare et reprise par Nietzsche : « Deviens ce que tu es ! »

Tout se passe donc comme si ce « block buster », pure produit de culture de masse, en plus d’être un bon moyen de se divertir, avait aussi les moyens de nous faire réfléchir…

En par tenariat avec L'Etudiant.fr

le blog philo
le blog philo © L'etudiant.fr
L'etudiant.fr
L'etudiant.fr © L'etudiant.fr

Les liens

L'Etudiant En partenariat avec letudiant.fr

Le blog La philo zen, la philo j'aime de l'etudiant.fr

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.