Le pouvoir peut-il être le fruit du hasard?Ce dimanche, c'est la fête de l'Epiphanie et traditionnellement ce jour là on "tire les rois" en partageant une galette. Mais cette tradition n'est pas qu'une occasion supplémentaire de ravir les gourmands, c'est aussi une petite expérience de philosophie politique appliquée. Parce que celui qui se retrouve "roi", l'est donc devenu par le hasard et non comme d'habitude avec les rois, grâce à sa naissance. Mais peut-on vraiment faire du hasard une règle de distribution du pouvoir? Le risque c'est de confier le pouvoir à des gens qui ne s'y attendent pas et qui ne s'y sont donc pas préparés et qui peut-être même n'ont aucune envie de l'exercer. Mais d'un autre côté n'est-ce pas le meilleur moyen pour que le pouvoir ne soit pas "confisqué"? N'est-ce pas le meilleur moyen pour faire taire le jeu des ambitions personnelles? Au fond ne faut-il pas envisager sérieusement que le pouvoir politique puisse être le fruit du hasard, comme lorsque l'on devient "roi" en tombant sur la fève dans une part de galette bien croustillante?En partenariat avec l'Etudiant.fr

<img src="https://www.franceinter.fr/s3/cruiser-production/2013/08/ee320881-11a1-11e3-9f7b-782bcb6744eb/640_blogphilo2014.jpg" alt="le blog philo" width="640" height="122" />
le blog philo © L'etudiant.fr

L'etudiant.fr
L'etudiant.fr © L'etudiant.fr

Les liens

L'Etudiant En partenariat avec letudiant.fr

Le blog La philo zen, la philo j'aime de l'etudiant.fr

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.