En pleine coupe du monde de rugby, pourquoi ne pas prendre le temps de réfléchir à ce sport si particulier? Le rugby c'est le choc des contraires : c'est l'alternance entre la violence des plaquages ou des mêlées et la fluidité des passes sur les extérieurs. C'est un "sport de brutes, mais pratiqué par des gentlemens". C'est une lutte pour la conquête du terrain de l'adversaire mais sans toujours pouvoir lancer le ballon vers l'avant.

Comment donc expliquer une telle complexité? Qu'est-ce qui fait que le rugby est capable de ses grands écarts, sans pour autant perdre de sa cohérence et de sa beauté ? Ce matin, le philosophe du dimanche se souvient de ses années de jeunesse, crampons au pied et maillot sur le dos.

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.