L'auteur slovaque, Arpád Soltész, est d’abord un excellent journaliste d’investigation, célèbre dans son pays pour son travail sur le crime organisé. Aujourd’hui, militant dans la lutte anti-corruption. Physiquement, il a des allures de rocker, retour d’une longue tournée, cheveux longs et dégaine un poil fatiguée.

Détail de la couverture de "Le Bal des porcs" d'Arpád Soltész, traduit du slovaque par Barbora Faure,
Détail de la couverture de "Le Bal des porcs" d'Arpád Soltész, traduit du slovaque par Barbora Faure, © Editions Agullo.

Arpád Soltész est devenu écrivain pour dire dans ses livres ce qu’il ne peut exprimer dans ses articles. L’an dernier, la maison d'édition Agullo avait publié son premier roman, Il était une fois dans l’Est, un polar façon western saisissant, une sorte de portrait au noir d’un pays, la Slovaquie qui, après la Révolution de Velours, a vite sombré dans la corruption et les trafics en tous genres.

Un roman "vrai"

Son nouveau livre est à nouveau très proche de la réalité et même directement inspiré de l’actualité. C’est une sorte de roman vrai, écrit dans l’urgence après l’assassinat d’un autre journaliste, Ján Kuciak, et de sa compagne Martina Kusnirová, le 21 février 2018.

Kuciak enquêtait sur les actes de corruption des politiques et des milieux d’affaires et sur leurs liens avec la ‘Ndrangheta, la mafia calabraise, très présente en Slovaquie.

Cet assassinat a entraîné des manifestations monstres à Bratislava et dans tout le pays. Robert Fico, le chef du gouvernement, et deux de ses ministres ont dû démissionner.

Un oligarque, Marian Kocner, a été inculpé pour avoir commandité le meurtre, mais vient d’être acquitté, au début du mois de septembre 2020, au bénéfice du doute.

C’est toute cette histoire que raconte Soltész et je vous propose d’écouter un extrait qui met en scène Jan Kuciak rebaptisé Ondro par l’auteur…

Extrait :

"- La ligne directrice est la mafia italienne et ses marchés chez nous. Nous aurons un article séparé sur le détournement des dotations agricoles, un sur les centrales solaires, le marché des armes, le blanchiment d’argent et les connexions avec le gouvernement. Et un sur cette branche de la mafia en Italie pour expliquer qui ils sont et comment ils fonctionnent.

- Et vous avez des documents pour étayer tout ça ? s’assure le rédac-chef, au moins pour la dixième fois.

- C’est pour ça que j’ai mis tant de temps, grommèle Ondro.

- Ce que je ne comprends pas, c’est comment ils ont réussi à ne pas se faire prendre pendant toutes ces années. Écoute, Ondro, peut-être que tu ne devrais vraiment pas écrire tout ça depuis chez toi.

- Personne ne sait ce que nous allons écrire. Il n’y a absolument aucun risque.

- D’accord, mais dès qu’on le publie, tu pars rejoindre Miska en Turquie. C’est un ordre. Un voyage prénuptial. Un ordre, c’est clair ?

- À vos ordres, chef ! salue Ondro en commençant à rassembler les documents."

Un roman à clés

Les personnages sont tous réels, c'est un roman à clés. Cette comédie très noire, au ton sarcastique, ce bal des salauds et des corrompus joue sur les surnoms des personnages : Moineau, Bouledogue, Le Chauve, Casse-dalle, au point qu’on s’y perd un peu.

Mais il est facile de reconnaître Robert Fico, à la tête du gouvernement entre 2012 et 2018, sous le surnom de « Président ». Ou Vladimir Meciar, qui fut premier ministre de 1994 à 1998, sous celui du « Vieux ».

Quant au mystérieux « Wagner », qui tire toutes les ficelles, c’est l’homme d’affaires, Marian Kocner, qui vient d’être acquitté à la surprise générale. Les procureurs font d’ailleurs appel.

Un roman puissant

On peut se demander si le romanesque n’est pas trop écrasé par la réalité de ce qu’il raconte. Mais c’est un roman puissant, dense, plein de rage et de colère et passionnant par ce qu’il révèle d’un pays accablé par la corruption de ses élus et le pouvoir qu’y exerce la mafia.

C’est violent, parfois un peu difficile à suivre tant les protagonistes sont nombreux. Mais voilà, ça se passe dans l’Union européenne, à deux pas d’ici, et ça fait froid dans le dos.

Les références
L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.