Dans « Le premier jour de ma vie où j’ai voté » en partenariat avec le magazine Causette, l’écrivain Philippe Sollers raconte sa toute première fois (et unique !) derrière l’isoloir. L’enfant de l’occupation ne pouvait voter que pour De Gaulle même si aujourd’hui, Sollers ne se dit pas gaulliste.

Un Sollers très en verbe qui aurait pu être imitateur politique ! De De Gaulle à Malraux en passant par Mitterrand, Sollers se lâche…

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.