Frédéric Pommier nous brosse le portrait du plus jeune des vétérans du Débarquement. A l'époque, Jim Radford avait 15 ans. Aujourd'hui, il en a 90, et si les médias ont parlé de lui cette semaine, c'est pour ses qualités de chanteur. Il a écrit une ballade en hommage à ses compatriotes tués sur les plages de Normandie.

"The Shores of Normandy" par Jim Radford
"The Shores of Normandy" par Jim Radford © capture d'écran

Il s’appelle Jim Radford et, à 90 ans, c’est le plus jeune des vétérans du Débarquement en Normandie… A l’époque, il en avait 15… Il était garçon de cuisine sur un remorqueur de mer et, avec ses coéquipiers, il participa à la construction du port Mulberry au large de Gold Beach, ce qui permit à la Royal Navy de transporter des troupes, du matériel, des véhicules le mardi 6 juin 1944… 

Ce jour-là, des milliers de soldats tombèrent sous les balles de l’armée allemande… Opération Neptune : plus de 150 000 hommes, près de 7 000 bateaux, 11 500 avions, le feu des mitraillettes et des tonnes de bombes...  Le nonagénaire n'a rien oublié. 

Nous étions clairement au beau milieu d’un cauchemar... Un paysage d'horreur.  

Il ne peut oublier les images des corps sur le sable et dans l’eau.

Des blessés et des morts, dont il se remémore inlassablement les visages.  Celui de Jack, son frère aîné, le hante aussi… Lui, il a succombé en 1940 au torpillage du bateau sur lequel il était radiotélégraphiste. Jack avait 17 ans. Il est considéré comme le plus jeune officier de la marine marchande abattu par l’ennemi lors de la Seconde Guerre mondiale… En temps normal, on est encore un gamin, à 15 comme à 17 ans…

Par la suite, Jim enchaîne différents boulots… Ouvrier ingénieur, puis attaché de presse, puis responsable d’une association caritative… Militant pacifiste, il manifeste contre la guerre au Vietnam, et s’investit pour le désarmement nucléaire. Il fait aussi de la musique, se produit dans des festivals… Des chansons de marin, des chansons politiques, des chansons folkloriques.

C'est en 1969 que, pour la première fois, il revient à Gold Beach

Il avait vu la plage jonchée de cadavres. Il la retrouve intacte. Des enfants s’y amusent et construisent des châteaux de sable… Jim est gagné par l’émotion… Il se met à pleurer et décide d’écrire un texte en hommage aux soldats qui ont donné leur vie lors du Débarquement. La ballade s’appelle Les Rivages de Normandie, ou Les Rives de Normandie (chacun sa traduction). Il la chante depuis quarante ans et, il y a trois semaines, il l’a réenregistrée pour la proposer sur les sites de téléchargement… Heureuse initiative : dans son pays, la chanson fait un carton !

Au Royaume-Uni, ce vieux titre de Jim Radford caracole donc en tête des ventes sur le site Amazon.

Le vétéran vend plus de singles qu'Ed Sheeran et Justin Bieber

Un succès qui, dit-il, « dépasse ses rêves les plus fous »… Et c’est pour cette raison, parce qu’il a du succès, que quasi tous les médias nous ont parlé de lui ! On a découvert son visage : sa barbe blanche, son catogan, un très long catogan. Comme un faux air de Sean Connery…Un Sean Connery avec un très long catogan. 

On a découvert sa casquette et ses médailles et, surtout, on a découvert sa voix ; une voix rauque et pleine… Avec des accents de Bob Dylan pour raconter le carnage que fut le Débarquement. 

Dans la lumière grise et froide du 6 juin de l’année 1944

Pas un seul d’entre nous ne se doutait de ce qui l’attendait

Mais nous savions que beaucoup ne reviendraient pas

De nombreuses mères pleurèrent ce jour-là pour leurs fils qu’elles aimaient tant

Des garçons qui, parfois, ont fait une plaisanterie ou fumé une cigarette

Avant de prendre d’assaut les portes de l’enfer

Un enfer dans lequel sont tombés près de 22 500 de ses compatriotes. 

22 442 soldats britanniques tués lors de la bataille de Normandie

Une bataille qui aura duré trois mois. Ces garçons-là sont morts pour la paix. Ces garçons-là sont morts pour nous. Et l’artiste a promis de reverser l’intégralité des profits de sa chanson au Mémorial britannique dont la construction a été lancée hier matin à Ver-sur-Mer, par Emmanuel Macron et Theresa May… Plusieurs vétérans étaient également présents et, parmi eux, il y avait Jim Radford, qui, très honnêtement, ne fait pas du tout ses 90 printemps. C’est un cénotaphe qu’il entend financer. Un monument funéraire en mémoire de ses camarades qui ont péri alors qu’ils étaient à peine sortis de l'adolescence.

C’est leur courage et son courage qu’il chante.

Il chante son histoire, leur histoire, notre histoire

On pense à nos grands-pères, nos arrière-grands-pères. On ne doit pas oublier qu’eux aussi, souvent, ils ont combattu… Nous sommes les enfants, les petits-enfants, les arrière-petits-enfants de ces combattants. Et Jim, on le remercie, lui, d’être encore vivant.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.