On parle d’un homme qui nettoie le petit coin de France que le peuple lui a confié et que la gloire, c’est inévitable, va saisir bien au-delà d’un quart d’heure, il s’appelle Christophe Dietrich, il est depuis 2018 le maire de Laigneville, environ 4 800 habitants dans l’Oise.

Christophe Dietrich, maire de Laigneville
Christophe Dietrich, maire de Laigneville © Maxppp / Le Parisien

Avant cela, il était un policier de la Police de l’air et des Frontières, et désormais une sorte de shérif picard, au far-west jadis on aurait chanté ses hauts fait sur des guitares, lui poste tout simplement des films sur internet, ainsi lundi dernier, on le voyait devant un tas de déchets en plein champ.

La suite du film montrait Christophe Dietrich avec ses cinq bennes municipales ramenant les dix tonnes d’ordures au domicile du gougnafier, et le verbalisant au passage, 4 000 euros. 

Ce matin, le film avait été vu 1,7 millions de fois, série en cours… et c’est un classique car cela fait quatre ans qu'à Laigneville on pratique et on filme le retour à l’envoyeur des déchets illégaux, ceci afin de décourager ceux que le maire de sa voix éraillée appelle les crasseux, on est verbalisé chez lui pour avoir jeté simplement dans la rue un emballage de fast-foot… mais ce n’est pas tout.

Christophe Dietrich se bat aussi pour arracher au désert médical sa ville sans toubib depuis 2017, il a ouvert un centre de consultation à distance, mais son combat l’a rendu visible et mondialisé… En décembre dernier, le New York Times enquêtait sur les détresses françaises et est allé voir Dietrich  qui a dit ceci ceci, “il n’y a jamais eu autant de de médecins en France mais pourtant dans les déserts médicaux, _des familles sont forcées de garder chez elles les cadavres de leur proches_", histoire authentique, il a vu ces cadavres en souffrance faute de certificat de décès, il avait passé un jour un arrêté municipal interdisant aux gens de mourir chez eux. Il a le sens des formules et dans son département, il est célèbre : France 3 région le traite désormais comme on traite les vedettes... ceci, a été diffusé cette semaine… Monsieur le maire chaque midi court avec son chien.

Le New York Times, France 3, Facebook et désormais nous-mêmes, nous prenons Christophe Dietrich au moment où quelque chose cristallise. Où il incarne avec sa manière d’aller au contact le père-maire protecteur qui mobilise sa ville et nous donne courage contre les malfaisants.  

Et sa dimension dépasse celle de l'élu local... Dietrich se lit aussi politiquement, sa cohérence a du sens : en 2016, il apostrophait  ainsi la ministre socialiste Ségolène Royal et en octobre 2018 il s'adressait au Président Macron.   

Christian Dietrich, maintenant connu, allie à une équation sociologique le charisme de la bête de scène, et pour le rat des villes que je suis, dont le fils va à l’école dans une rue où pissent des dégoûtants, cet homme est tentation, viendrait-il nous sauver comme il libère les campagnes des ordures abandonnées ?

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.