Comment continuer de faire cours aux enfants pendant le confinement ? Les enseignants rivalisent d'ingéniosité ces temps-ci. En Bretagne, une institutrice de maternelle a même décidé de lancer sa chaîne YouTube : "La Maîtresse part en live". Le succès de sa classe virtuelle dépasse toutes ses espérances.

Capture écran de la vidéo "La maîtresse part en live" du 16 avril
Capture écran de la vidéo "La maîtresse part en live" du 16 avril © Youtube

Marie-Solène Letoqueux est l’une des institutrices de l’école de Luitré-Dompierre, commune d’un peu moins de 2 000 habitants près de Fougères en Ille-et-Vilaine. Elle a une trentaine d’années, et enseigne en petite et toute petite section de maternelle. Sa classe compte 26 enfants, de 2 ans et demi à 4 ans, et, malgré le confinement, elle a décidé de continuer de s’occuper d’eux. 

Rien, pourtant, ne l’y obligeait. Ce n’est qu’à partir de la grande section que les maîtres et les maîtresses se doivent d’assurer la continuité pédagogique. Mais Marie-Solène, ça la désolait de ne plus voir ses élèves, et, surtout, ça la désolait que ses élèves ne puissent plus la voir. Son mari Ronan lui glisse alors une idée. 

Lance-toi sur YouTube !

Capture écran de la vidéo La Maîtresse part en livre
Capture écran de la vidéo La Maîtresse part en livre / youtube

Lui-même produit des vidéos de vulgarisation scientifique. Il a l’équipement nécessaire. D’accord, mais que dire sur cette chaîne ? Après quelques nuits de réflexion, ils conviennent de fabriquer des émissions d'une heure qui seront comme un condensé d’une journée d’école : les rituels du matin (la date, la météo), la lecture d'une histoire, un atelier manuel et, pour finir, une comptine.

Marie-Solène reconstitue le décor de sa salle de classe dans une des pièces de sa maison

L’enseignante va récupérer son matériel éducatif : des livres, des feuilles de couleur, des guirlandes de lettres et de chiffres, le petit train des jours de la semaine… 

Ronan installe trois caméras. Il enverra le flux vidéo à l'un de leurs copains, confiné à Limoges, qui fera le montage et la réalisation en direct. Une autre amie propose de créer l’habillage. Un troisième compose un jingle et le 23 mars, ils sont fins prêts pour lancer le programme ! 

Ils baptisent la chaîne "La Maîtresse part en livre".

Marie-Solène prévient les parents des 26 enfants de sa classe : ils doivent se connecter sur YouTube à 15 heures, elle va leur faire cours de chez elle ! 

L'aventure commence assez discrètement : des dizaines puis des centaines d'abonnées. Mais, grâce au bouche-à-oreille, elle est en passe de devenir la maîtresse la plus célèbre du pays.   

La chaîne qui, au départ, ne s’adressait qu’aux petits élèves de Luitré-Dompierre, cumule aujourd’hui près de 50 000 abonnés

Marie-Solène est en direct le lundi, le mardi, le jeudi et le vendredi, y compris pendant les vacances, et elle est maintenant regardée bien au-delà de la Bretagne. Elle reçoit des messages d’internautes de tous les départements, de métropole comme d'outremer, et certains viennent aussi d’Amérique du Sud et d’Asie. Cette maitresse "qui part en live" est suivie dans le monde entier. 

Assez rapidement, elle a décidé de s'adapter à son public, proposant des activités qui peuvent convenir aux enfants jusqu’à 6 ans : du découpage, du bricolage, des expériences ludiques. Elle admet qu’au début, elle était moyennement à l’aise devant la caméra. Elle bafouillait souvent. Progressivement, elle a gagné en assurance, portée sans doute par les nombreux compliments des parents, ravis de trouver, grâce à elle, un peu de répit dans leur journée. 

Ce n’est pas toujours évident d’occuper les bambins en cette période de confinement. Là, Marie-Solène sur YouTube, les embarque pendant une heure ! De temps en temps, elle se déguise – une perruque, une cape, un chapeau… Elle propose aussi des recettes. En revanche, pas question pour elle d’évoquer le coronavirus. 

Le sujet est trop anxiogène pour des tout-petits. Et puis, ils en entendent déjà suffisamment parler. 

Finalement, son initiative nous rappelle d’une jolie manière qu’une bonne partie des enseignants sont des gens formidables. 

Ces temps-ci, les enseignants font preuve d’une grande créativité pour continuer de transmettre leur savoir aux élèves

Certains, comme Marie-Solène, se mettent en scène sur YouTube. C’est le cas, notamment, d’une prof de mathématiques de Nancy qui réalise de courtes vidéos par thème : cinq minutes pour réviser les pourcentages, cinq minutes pour expliquer les fonctions affines… Certains donnent leurs cours sur WhatsApp, et d’autres constituent des groupes de travail sur les réseaux sociaux. 

Dans les Hauts-de-Seine, des profs de sport ont investi Instagram, où ils lancent des défis à leurs collégiens : se filmer en jonglant avec des chaussettes, ou bien en marquant des paniers dans des casseroles accrochées en hauteur dans la cuisine. D’autres, à Périgueux, envoient des tutoriels d'entretien physique tous les lundis matin : des pompes, du gainage, des abdos

J’ai tenté les abdos. J'ai tenté le gainage. J'ai tenté les pompes. Franchement, je préfère marquer des paniers avec des chaussettes dans les casseroles de ma cuisine… et, ensuite, faire la cuisine avec mes casseroles en chaussettes et en chantant des comptines ! Toutes celles que j’ai apprises depuis un mois grâce aux cours de Marie-Solène Letoqueux. 

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.