Frédéric Pommier dresse le portrait d'une mannequin espagnole. Une jeune femme de 27 ans. Longs cheveux blonds et grand sourire. Les yeux rieurs et une plastique parfaite. 1 mètre 77 pour 58 kilos. Eh oui, les mannequins, on connaît leurs mensurations, comme on connaît également celles des sportifs.

Angela Ponce
Angela Ponce © AFP / Lillian Suwanrumpha

Kylian MBappé : 1 mètre 78 pour 68 kilos. Je crois bien que ce sont les seuls domaines où on a ces infos-là. Le sport et le mannequinat.  On donne rarement la taille ou le poids des hommes et des femmes politiques… On donne rarement la taille et le poids des hommes et des femmes de radio... Parce qu’on s’en fiche, en fait. Ou disons que le physique a peu d’importance pour une carrière à la radio… Même si, tous autour de la table, nous sommes, disons-le, particulièrement beaux… 

Mais, malgré tout, nettement moins beaux que notre mannequin espagnole qui, elle, défile depuis l’âge de 10 ans…

Elle est née en Andalousie, à côté de Séville, et elle a été élue Miss Cadix en 2015.

Oui, la belle de Cadix, c’est elle… Comme souvent dans ce genre d’histoire, elle ne s’attendait pas du tout à être élue… C’est l’une de ses copines qui l’avait poussée à s’inscrire. Mais une fois lancée, elle ne s’est pas arrêtée là : en juin dernier, elle est devenue Miss Espagne, ce qui lui a permis de se présenter dimanche dernier au concours de Miss Univers organisé en Thaïlande ! 

Elles étaient 94 candidates, et les médias du monde entier ont beaucoup parlé de Miss Espagne. D’abord, car elle comptait parmi les favorites. Ensuite, parce qu’il y a quatre ans, notre belle de Cadix était encore considérée comme un garçon. 

Certains disent "transsexuel", mais on parle plutôt de "transgenre".

Il n'est pas question de sexualité, mais d'identité. 

Des filles et des garçons qui savent qu’ils ne sont pas nés dans le bon corps. Des filles et des garçons qui souffrent de n’être pas nés dans le bon corps. Et qui ont le courage de le dire. Le courage de l’assumer malgré les préjugés, les quolibets, voire pire. Harcèlement. Agressions. Les personnes transgenres ont le courage de se battre pour faire accepter ce qu’elles sont réellement.

Finalement, la couronne, c’est la candidate philippine qui l’a emportée et, malgré ce que pensaient les pronostiqueurs, Angela ne s’est même pas classée parmi les vingt premières. Cela dit, chacun de ses passages a été ovationné par le public, et on lui a même rendu hommage dans une vidéo retraçant son parcours : l’histoire extraordinaire d’un petit Andalou qui, devenu femme, représente son pays lors d’un grand concours de beauté.

Miss Univers, un concours ringard et sexiste

Voilà ce que l’on a l’habitude d’entendre… Sachant que pendant des années, c’est Donald Trump qui organisait la soirée… Trump, il en connaît un rayon question sexisme… Et l’on ne peut pas dire qu’il soit vraiment très, très sensible aux avancées sociales en faveur des personnes transgenres. Il aimerait les empêcher de faire leur service militaire, et voudrait inscrire dans la loi que le genre se définit par le sexe de naissance. Un tel texte, ce serait tout bonnement dénier aux transgenres le droit d’exister… 

Qu’Angela Ponce ait pu concourir, c’est donc un petit événement…  Miss Univers : pas si ringard. Et l’Espagne se montre plus ouverte que la France. Dans le règlement du concours Miss France, il est en effet stipulé que les candidates doivent répondre à certains critères, dont celui d’être nées de sexe féminin…    

Elle était heureuse, Angela, sur la scène dimanche soir…

Elle a dit qu’elle avait gagné… Sa victoire, c’était d’être là… Elle a dit qu’en se présentant, elle voulait aider au changement des mentalités… Que les générations futures soient plus respectueuses des hommes et femmes transgenres… C’est un message de tolérance qu’elle porte, et ce qu’elle aimerait, c’est que ce genre d’histoire soit désormais banalisé… Que l’on n’en fasse plus tout un plat.

Pour l’heure, on en fait tout un plat… Nombreux articles quand le Pentagone annonce l'embauche d'une personne transgenre dans l’armée… Nombreux articles quand, au Royaume-Uni, une femme transgenre arbitre un match de football féminin… Et puis il y a dix jours : nombreux articles lorsqu’un jeune boxeur transgenre a remporté un combat professionnel aux Etats-Unis. S’il y a, chaque fois, tant d’articles, c’est bien parce que ces parcours-là continuent d’intriguer. Comme si celles et ceux dont il est question étaient des bêtes curieuses... 

Dans la culture, des projets apportent un nouveau regard sur la transidentité.

Il y a le film Girl, un personnage transgenre dans la série Plus belle la vie, la BD Appelez-moi Nathan... Lentement, doucement, on avance, on avance vers plus de respect, plus de tolérance, comme le souhaite la sublime Andalouse Angela Ponce.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.