Cette semaine, dans « Le Quart d’heure de célébrité », Frédéric Pommier ne nous parle pas d’une personne, mais d’un fromage propulsé à la Une de l’actualité !

Scandale ! Le meilleur Camembert du monde serait ... Québécois
Scandale ! Le meilleur Camembert du monde serait ... Québécois © Getty / Image Source

En l’occurrence un camembert qui, au début du mois, a décroché le titre de « meilleur camembert du monde », à l’issue d’une compétition organisée à Madison, au Nord-Est des Etats-Unis. Là, vous aurez noté la première bizarrerie : un concours de gastronomie qui se déroule aux Etats-Unis – question raffinement culinaire, il y aurait des choses à dire… La deuxième bizarrerie, c’est l’identité du vainqueur. Le meilleur camembert du monde serait québécois ! Un fromage fabriqué dans la ville de Saint-Hyacinthe, à côté de Montréal. Bien sûr, là-bas, tous les médias ont salué l’événement. Et tous ont souligné que le résultat du concours avait agacé les Français.

L’annonce n’a pas été très, très bien prise dans l’Hexagone… 

Partout, il y a eu des articles : défaite cuisante pour la France, drapeaux en berne en Normandie, une honte, un scandale, une humiliation ! Que la Hollande obtienne le prix du meilleur gouda, pourquoi pas. Mais que le Québec soit le pays du meilleur camembert, franchement, c’est inadmissible ! 

Non, amis québécois, vous ne pouvez pas tout avoir. Vous avez déjà Céline Dion, Roch Voisine, Linda Lemay, Garou et Isabelle Boulay, laissez-nous au moins le camembert ! Déjà qu’on n’a plus les Droits de l’Homme… Parti comme c’est, on nous dira bientôt que le meilleur cassoulet de la planète est fabriqué en Roumanie, que la meilleure bouillabaisse se déguste au Mexique, que la meilleure quiche lorraine est congolaise et qu’il n’y a pas de meilleures baguettes parisiennes que celles qu’on mange à Pékin ! 

Grosse, grosse déception en France à l’issue de ce palmarès… A nos camemberts tricolores, dont celui d’Isigny, un fromage au lait cru et moulé à la louche, le jury international de ce concours américain a préféré L’Extra, fromage industriel au lait pasteurisé de la société Agropur, Agropur qui assure que son camembert a « un goût crémeux de lait, de noisettes et de champignons ». Vive la mondialisation ! 

On est loin du terroir normand… 

Mais il faut savoir que le mot camembert est tombé dans le domaine public il y a bientôt 100 ans. N’importe quel fromage à pâte molle et à la croûte fleurie peut donc être appelé camembert, dès lors qu’il s’agit de lait de vache et qu’il a la forme d’un cylindre plat d’une dizaine de centimètres. Vous faites un gâteau de Petits Suisses de la taille réglementaire, vous salez, vous laissez moisir : c’est dégueulasse mais vous pouvez appeler ça un camembert !

Du reste, à propos du vainqueur, y a quand même d’autres bizarreries. Tout d’abord, pour le site du Journal de Québec, un gastronome très réputé a goûté les fromages et, d’après lui, le premier prix tiendrait de la fumisterie : même le plus ordinaire des camemberts industriels français serait mille fois meilleur. 

Le concours lui-même pourrait être une fumisterie ! 

Dans le jury, drôle de hasard, relevé par Le Parisien : il y avait l’un des directeurs de la société Agropur, qui fabrique L’Extra… 

Du coup, contre-attaquons et organisons des concours de spécialités québécoises ! J’ai déjà les résultats. Le meilleur sirop d’érable, il est fabriqué à Lisieux, en Normandie. La meilleure tarte aux noix de pécans, on la déguste à Alençon, en Normandie. Les meilleures fèves au lard, on les trouve à Granville, en Normandie. Et la meilleure poutine… elle est faite à Moscou !

Bon j’arrête là, car après tout, il est peut-être très bon cet Extra… Mais je ne peux rien en dire parce que du fromage, j’en mange pas. J’ai arrêté le jour où, à l’âge de quatre ans, à l’école maternelle, une dame de la cantine m’a forcé à ingurgiter un Babybel

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.