Frédéric Pommier revient sur l'accident d'un cascadeur californien féru d'astronomie : Mike Hughes, 64 ans, décédé dans le crash de sa fusée artisanale le 22 février. Comme de plus en plus d'Américains contestant les travaux et les évidences scientifiques, il était persuadé que notre planète a la forme d'un frisbee.

Mike Hughes lors de sa précédente tentative, en août 2019
Mike Hughes lors de sa précédente tentative, en août 2019 © Maxppp / Gene Blevins/ZUMAPRESS.com

Cet homme est un casse-cou. Comme tous les cascadeurs, sans doute. Il figure au Guinness des records pour avoir réussi le saut le plus long avec une limousine. C’était en 2002. Il s’était élancé au volant de sa Lincoln Town Car et, en accélérant jusqu’au bout du tremplin, il avait parcouru plus de 31 mètres. 

Il a fêté ses 64 ans au début du mois, les cheveux blancs, deux enfants, et c’est une petite vedette dans sa ville d’Apple Valley, au bord de la Route 66, comté de San Bernardino. Un temps, il a pensé briguer le poste de gouverneur de Californie. Après tout, aux Etats-Unis, il suffit d’être un peu connu pour se lancer en politique. Toutefois, sa vraie passion est ailleurs : depuis toujours, Mike Hughes est un féru d’astronomie. Mais pas l’astronomie classique... 

Il réfute les évidences scientifiques : pour lui, la Terre est plate

Ça fait pourtant plus de 2000 ans qu’on sait qu’elle est ronde. Pythagore, Platon, Aristote l’avaient pressenti. D'autres, très nombreux, en ont par la suite apporté toutes les preuves. Maintenant, on a même des photos, des images satellites. C'est écrit dans les livres. Dire que la Terre est ronde est une vérité scientifique. Mais le cascadeur est persuadé qu’on nous ment, qu’il s’agit d’un complot et, faisant fi de tous les travaux, toutes les expériences, toutes les photos, il est donc convaincu que la terre est plate.

D’ailleurs, c’est ce que pensent de plus en plus d’Américains. Ils seraient 12 millions. Là-bas, on les appelle "flatistes". Chez nous, on dit "platistes" et d’après une étude de la Fondation Jean Jaurès réalisée il y a trois ans, 9% des Français admettent qu’ils sont séduits par cette théorie. 

Une fumeuse théorie qui prétend que notre planète aurait la forme d'un frisbee

La forme d'un disque, d'une pizza. Au centre : le pôle Nord. Aux extrémités : une barrière de glace autour empêchant l’eau des océans de s’échapper. Au-dessus : une sorte de cloche à fromage, un dôme géant sous lequel tourneraient la lune et le soleil. 

Sur Internet, on trouve un paquet d’idioties et de vidéos supposées confirmer le complot. Mais l'astronaute amateur voulait aller plus loin, et aller constater lui-même, du ciel, que la Terre n’est pas une sphère. 

Il y a six ans, dans son garage, Mike Hughes a bricolé une première fusée. Il a, parait-il, réussi à voler jusqu’à 400 mètres de haut, puis son engin a explosé. Grâce à Dieu ou la chance, il en a réchappé. Juste quelques égratignures. 

Deuxième tentative en 2018. Départ sur une rampe de lancement portative tractée par un camping-car. Cette fois, il a atteint 570 mètres, avant d’être éjecté de la machine au bout d’une minute et d’atterrir en parachute. De nouveau, quelques contusions. Mais pas suffisamment pour l’arrêter dans ses projets. 

Son objectif : atteindre une altitude de 1 500 mètres

Avec un acolyte "platiste", il a lancé une souscription, réuni 18 000 dollars, et réalisé dans son jardin une nouvelle fusée. Une chaîne de télé a filmé le décollage. C’était samedi dernier, le 22 février, dans le désert californien.

Il s'agissait donc de son troisième essai. Et ce fut le dernier, car Mike Hughes est mort dans le crash de son appareil. Sur les images, on voit un parachute se détacher de la fusée trois secondes après le décollage, puis rapidement, celle-ci s’écrase à quelques centaines de mètres.

Depuis, les internautes et les humoristes, à raison, se sont gaussés. Mike Hughes n'a pas pu prouver que la Terre est plate, mais il a découvert que la Terre est dure ! Désormais, c'est son encéphalogramme qui est plat ! Ce crash, finalement, est une forme de "sélection naturelle" ! Mike Hughes, disent-ils, n'était qu'un "con".

C'est effectivement le premier mot qui vient à l’esprit quand on pense à lui. On se dit que sa bêtise lui a été fatale… 

On le surnommait « Mad Mike », mais « Stupid Mike » aurait été plus approprié

Et d’autant plus approprié que d’après certains de ses proches, il ne croyait pas foncièrement aux théories "platistes". C’est surtout la gloriole qu’il cherchait en jouant au cosmonaute. C’est réussi : on parle de lui. Le seul problème, c’est qu’il est mort… 

Finalement, on peut voir là comme une parabole de la vacuité des doctrines conspirationistes qui pullulent et progressent sur le web et les réseaux. Il y en a après chaque attentat. Après chaque catastrophe. Pour toutes les épidémies. On nous cacherait des choses, on serait manipulés. Par le pouvoir, les milliardaires, les géants de l’industrie, les Francs-Maçons, les Juifs, les Illuminati… 

Les Américains ne seraient jamais allés sur la lune ! Le trafic de drogue international serait contrôlé par la CIA ! Les traînées blanches des avions seraient des produits chimiques déversés par les gouvernants pour des raisons tenues secrètes ! Tous les journalistes de France Inter seraient payés pour dire du bien du chef de l’Etat ! Non : tous les journalistes de France Inter seraient payés pour dire du mal du chef de l’Etat ! Et, bien sûr, l’accident de Lady Di serait un assassinat !

D’ailleurs, certains diront peut-être un jour que l’accident de Mike Hughes était, lui aussi, un assassinat : on aurait voulu l’empêcher de prouver que la Terre est plate... 

Le cascadeur a surtout prouvé qu’il est fautif de dire que le ridicule ne tue pas

Le ridicule peut tuer.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.