Retour sur deux enquêtes de l'émission "Secrets d'info" et les questions des auditeurs : pour leur répondre au micro d'Emmanuelle Daviet, Jacques Monin

Campagne Macron : les vrais chiffres d’une levée de fonds hors norme

Une enquête de Sylvain Tronchet avec Julie Guesdon Vous avez retracé l’histoire de cette levée de fonds sans  précédent et des auditeurs s’étonnent : pourquoi avoir attendu deux ans  pour traiter de sujet nous demande Olivier ? Pourquoi avoir fait ce  sujet sur cette levée de fonds hors norme ? 

Sylvain Tronchet : c’est un problème très français,  Macron a été élu en mai 2017 mais nous n’avons eu accès à ses comptes de  campagne qu’en avril 2018, mais nous n’avions pas les fichiers  détaillés des dons, on n’avait pas non plus les comptes du parti… Cela  prend beaucoup de temps pour agréger ces données. Ces documents disent  beaucoup de choses du fonctionnement de la démocratie mais c’est un  problème très français. En Grande Bretagne ou aux Etats-Unis ou dans les  pays nordiques, on aurait ces documents en temps réels. Nous avions  alors deux choix : on n’en parle pas car cela arrive trop tard, ou on se  dit c’est un sujet majeur, qui dit des choses du fonctionnement de la  démocratie, et on décide de le faire quand même. Jacques Monin : …l’investigation, c’est déjouer les stratégies de  communication, en l’occurrence, ce que l’on a trouvé ne correspondait  pas à ce qui nous avait été dit. Toute la première partie de la campagne  fonctionne sur des gros dons et non sur des petits. Les gros dons sont  ciblés au départ pour pouvoir amorcer cette campagne. Les 100 000 petits  dons arrivent ensuite. On nous avait dit que les dons étaient plafonnés  à 7500 euros, faux car on a identifié des donateurs qui ont donné  jusqu’à 40000 euros.

Le calendrier choisi pour la diffusion surprend Martine,   elle nous écrit : » Et ça ca sort 3 semaines avant les Européennes !!!  Ben voyons ! La hasard bien sûr ! C’est pitoyable ! » Que répondez-vous à  cette auditrice Jacques Monin ? 

Jacques Monin : L’anniversaire des deux ans, c’est une  date où l’on revisite les événements. On fait le bilan des deux de  Présidence Macron.

Doctolib : success story ou danger pour le monde de la santé ?

Une enquête de Sylvain Tronchet avec Julie Guesdon 

Plusieurs auditeurs ne comprennent pas que vous critiquiez  cette réussite alors qu’ils estiment au contraire que c’est une  initiative qui mériterait d’être saluée ! Quel éclairage pouvez-vous  leur apporter pour expliquer ce choix Jacques Monin ? 

Jacques Monin : on a insisté sur le côté réussite de  Doctolib, il n’y a pas de débat là-dessus. Il pose des questions d’enjeu  de société, car Doctolib est en train de se positionner dans une  situation dominante. Dans quelques années, il pourrait avoir la main  mise sur la gestion des calendriers également des hôpitaux, sur les  données médicales des hôpitaux, sur les modèles des GAFA. Ce n’est pas  le procès de Doctolib, mais sa situation dans l’ensemble d’un paysage.  On voit très bien comment fonctionne les GAFA : au début cela fonctionne  sur la gratuité, parfois ils s’endettent, creusent des déficits, pour  ensuite devenir dominants. Ces GAFA se permettent de faire la pluie et  le beau temps sur le marché. La deuxième question ce sont les données  même si aujourd’hui le RGPD en Europe, est une forme de bouclier. Mais  que se passerait-il si Doctolib était racheté par les Américains ?…

Toujours à propos de Doctolib, on termine avec une remarque de  Sylvie : « Je suis très régulièrement « Secrets d’Info » et je trouve  généralement cette émission vraiment intéressante. Par ailleurs au-delà  du compliment il me semble essentiel de ne pas laisser affirmer des  choses fausses. J’utilise Doctolib depuis des années et JAMAIS on ne m’a  demandé d’évaluer le praticien consulté. Merci de regarder sur quelle  base cette affirmation a été dite. » 

Jacques Monin : l’évaluation est optionnelle. Mais  lorsque les évaluations sont faites, elles ne sont communiquées qu’aux  médecins.

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.