L'humour, un sujet qui ne fait pas toujours rire le médiateur, car c’est l'un des thèmes qui suscitent le plus de réactions.

Pour en parler au micro du Médiateur des antennes : Laurence Bloch, directrice de France Inter, et l’humoriste Daniel Morin, qui sévit tous les jours à 6h53 et dans la Bande Originale de Nagui à 12h08.

Réaction de Daniel Morin

Billet de Charline Vanhoenacker, avec Daniel Morin : deux supporteurs français de Trump

Evidemment, cela n’a pas plu à certains auditeurs de droite : « C’est du militantisme », écrit Lionel. « Vous soutenez une gauche moribonde », dit Alain.

Les militants, disons plutôt certains militants – de droite comme de gauche, d’ailleurs – manqueraient-ils d’humour ?

Un autre exemple, des auditeurs proches du Parti communiste n’ont pas apprécié cette chronique de Charline Vanhoenacker

L’humour n’est plus aussi bien accepté. Une forme d’intolérance ?

Sans remonter aux caricatures politiques de Daumier, de tout temps, les humoristes s’en sont pris aux politiques ou aux institutions. Dans les années 60, il y avait les chansonniers. L’humour sur l’actualité est difficile (la politique, mais aussi la religion)

Daniel Morin fait-il du populisme ?

protestations d’auditeurs qui, comme Benoit, accusent les humoristes de « populisme et de poujadisme ». Et Anne ajoute : « Les humoristes sont là pour détendre, pour moquer, mais pourquoi attiser le « politiques tous pourris » ?

Les humoristes sur France Inter sont aussi très appréciés

Il y a aussi tous ceux qui plébiscitent les humoristes de France Inter. « Gai, acide, sans vulgarité », dit Yves. « L’émission de Charline est un pur bonheur. Quand je l’écoute, écrit Gaëlle, j’oublie tout ». Et Cédric ajoute: « Je ne sais pas qui s’occupe du recrutement à France Inter, mais je tenais à le remercier d’avoir trouvé tous ces humoristes ».
Une nouvelle génération d'humoristes est arrivée à l'antenne. Ce sont les patrons de tranche qui sont venus avec "leur bande" exemple Charline, Stéphane Bern en son temps ou Frédéric Lopez

L'équipe

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.