Voici à peine quinze jours, le grand public ignorait à peu près tout de son existence…jusqu’à ce que certains réseaux de parents d’élèves accusent ce programme ABCD. Ce programme a été mis en place par l'éducation nationale pour favoriser l'égalité entre filles et garçons, d’abriter de sombres arrières pensées sur l’étude de genre, l’identité sexuelle ou l’apprentissage scolaire de la masturbation.

Le succès de l’appel au boycott de l’école par quelques uns de ces réseaux a autant surpris les enseignants que les médias qui n’avaient guère traité le sujet auparavant.

Les messages des auditeurs cristallise autant de passions que d'incompréhensions.

C’est donc en situation de "tension" que la rédaction de France Inter, (comme les autres) a commencé à traiter ce sujet. Jacques Monin, en charge au quotidien de définir l'approche éditoriale de France Inter, a répondu au Médiateur :Comment informer dans ce contexte exacerbé ?

Comment traiter le sujet devant le succès de l'appel au boycott dans certaines écoles ?A qui donner la parole et plus globalement, comment le Service Public peut-il favoriser une réflexion sereine quand les espris ne le sont pas ?

Pour Jacques Monin une autre question transparait dans ce débat : est-ce le rôle de l'école de traiter de ces questions là ?

Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.