Depuis quelques semaines, de nombreux auditeurs ne supportent plus la programmation musicale d’Inter.

Dégradée, vieillie, beauf, plus du tout punk en dépit des promesses de Laurence Bloch ajoute l’un d’entre eux qui préfère l’humour pour dire la même chose.

Bref nos auditeurs ont la dent dure et l’oreille malheureuse.

Pour en parler, le Médiateur a demandé à Didier Varrod Directeur artistique et de la musique de France Inter de répondre à ces interrogations :

  • la politique musicale sur une chaîne comme France Inter : la découverte (la playlist), la valorisation du patrimoine français et mondial, la mise en lumière de l'expression "live" sur la chaîne

  • cette ligne éditoriale a-t-elle ou non changé ces derniers mois ? Elle a évolué par rapport au volume de "standards" diffusés

  • Pour quelle raison et avec quels objectifs ?

  • Que répondre à ceux qui parlent de vieillissement, d’abandon du projet de rajeunissement de votre playlist : critiques vraiment injuste ; juste un exemple Christine and the Quenns, Benjamin Clementine, Fauve...

  • Autre critique : la surabondance perçue de chansons en anglais . Y-a-t-il toujours des quotas pour protéger la chanson francophone ? 50 % de chansons d'expressions francophones pour le groupe Radio France et 40 % pour la chaîne France Inter

France Inter avait acquis la réputation d’un radio découvreuse de talents. Certains estiment que ce n’est plus le cas. Vous le prenez comme une insulte ou vous entendez la critique ?

Poursuivez le dialogue avec le Médiateur sur Espace Public

Les invités

L'équipe

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.