Rendez-vous avec le Médiateur dans l'Instant M de Sonia Devillers ce 11 septembre

France Inter a été très présente sur ce sujet. Les réactions des auditeurs sont plutôt positives. Notamment, à propos de la Spéciale de lundi soir, avec trois heures consacrées au sujet par Nicolas Demorand, avec un super Téléphone sonne (1 500 appels) et des invités très divers. Pour Régine, « Merci Nicolas Demorand. Emission très équilibrée ». Pour Thierry, « Beau travail, merci. Mais il y en a encore pour faire mieux pour ces réfugiés ». Marie-Alice a également apprécié, et « plus particulièrement Michel Foucher (géographe, diplomate) pour avoir rappelé quelques brins d’histoire de l’immigration en France… »Il y a Daniel qui nous écrit : « Bonne émission, mais que de poncifs et du journalistiquement correct. Et pourquoi encore Rocard, le visionnaire qui a toujours été dépassé par les événements ». Et il conclut : « Minc et Attali étaient indisponibles lundi ? »

Jean, quant à lui, nous écrit : « Heureusement, Demorand a prévu des interventions d’auditeurs (il parle du Téléphone sonne); mais comment s’effectue leur sélection ? »

Il y a aussi tous ces auditeurs qui ont apprécié le périple d’Olivier Poujade, puis de Philippe Randé en compagnie de réfugiés syriens.

Nicolas Demorand est aux côtés du Médiateur pour expliquer aux auditeurs comment se prépare une émission comme celle-ci.

Cette émission s'est faite dans l'urgence : il a fallu préparer un plateau sans hommes politiques ni de droite, ni de gauche ; travail très difficile et rapide en tentant d'équilibrer tous les points de vue. Le fait d'être exposé en direct au questions des auditeurs est un frein pour certaines personnalités. La sélection des auditeurs est quant à elle très compliquée, pas de vision panoramique sur l'ensemble des questions, mais les interrogations ont été récurrentes sur les trois heures de direct.

Jean-Marc Four, directeur de la Rédaction de France Inte est également présent auprès du Médiateur Restons dans les coulisses de la rédaction : Beaucoup d’auditeurs de France Inter pensent que c’est la photo du petit Aylan qui a suscité tous ces reportages.Comment s’effectuent et se préparent ces reportages pour les envoyés spéciaux, notamment avec celui de Philippe Randé qui suit la route qui est en train de se créer à travers les Balkans.La décision d'envoyer un reporter se fait en réunion de rédaction, bien anterieure à la photo d'Aylan. Le travail de reporter est très compliqué et complexe. Mission impossible d'aller en Syrie, on ne peut plus couvrir le départ des réfugiés de Syrie.

Poursuivez le dialogue avec le Médiateur sur :

http://mediateur.radiofrance.fr/

ou via le compte twitter @mediateurRF

Les invités
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.