Pour ce premier rendez vous de rentrée, retour sur la correspondance de l’été des auditeurs. Une correspondance estivale comme toujours marquée par les applaudissements ou les sifflets que provoque l’annonce de tout changement sur la grille deFrance Inter .

Réactions sur La-bas si j'y suis

La grille ayant beaucoup changé, ils ont beaucoup écrit ! Mais difficile de passer sous silence la passion qui a accompagné l'arrêt de l'émission Là-bas si j’y suis !

Protestations. Pétitions. Regrets. Les auditeurs ont voulu dire ce que représentait pour eux ce rendez-vous avec Daniel Mermet. Les autres aspects que souligne cette correspondance : la baisse de l’audience ; l’âge du capitaine ; l’appel au boycott, pour ne retenir que l’essentiel : le souhait de nombreux auditeurs que France Inter ne se "formate" pas, reste ouvert à tous les courants de pensée…

Message reçu ! a répondu la direction de France Inter , avec notamment ce nouveau rendez-vous confié le samedi à 16 heures à l’équipe qui entourait Daniel Mermet : Comme un bruit qui court . "Une émission dont je souhaite , écrit Laurence Bloch, qu’elle continue d’explorer la rumeur des contestations sociales d’un monde en crise et les solutions alternatives qui se dessinent ."

Réactions sur la publicité

De très nombreux messages au Médiateur également pour dire à quel point le message du CIC diffusé depuis quelques jours qui parle "d’émissaires revenus en trois morceaux " ont mis les auditeurs mal à l’aise.

A tout autre moment, le ton volontairement léger de cette campagne d’un organisme bancaire n’aurait pas induit quoique ce soit qui puisse choquer !

Mais dans le contexte de barbarie que relatent nos journaux, avec l’assassinat de deux journalistes et d’un militant de l’humanitaire par le groupe État Islamique ce message ne pouvait conduire qu’à de mauvaises résonances..

C’est pourquoi, en accord avec l’annonceur - premier désolé d’avoir pu ainsi choquer sans l’avoir souhaité- et en réponse à vos courriels, il a été décidé hier d’interrompre cette campagne

Une histoire de petite souris dans la publicité de la Mutuelle Eovi a également provoqué un bel émoi chez les jeunes parents qui écoutent France Inter .

Exemple avec ce courriel de Corinne : "Vous diffusez en ce moment une publicité qui commence par cette phrase :

"Attention, n’écoutez pas les enfants "Parce que la petite souris n’existe pas ". Mes filles ont aussitôt tendu l’oreille, et il a fallut répondre à de nombreuses questions embarrassantes".

Cette publicité non plus ne sera plus diffusée.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.