Ce fait divers a cristallisé toutes les tensions du moment et s'est imposé en quelques heures dans le débat public.

Les trois acteurs de la montée en puissance du débat sont toujours les mêmes : les journalistes, les politiques et les citoyens.Une nouveauté, la scénarisation de cette opinion publique par les réseaux sociaux. Ces fameux "j'aime" ou "j'aime pas" qui traduisent la forme moderne des engagements... Plus d'un million et demi d'internautes pour dire sur Facebook qu'ils aiment le fait qu'un bijoutier se fasse justice lui-même.De nombreux auditeurs ont écrit au médiateur pour débattre de cette affaire et de la façon dont France Inter l'a traitée.Franck Cognard , spécialiste police justice, explique comment la rédaction se saisit d'un tel sujet dont on sait d'emblée qu'il va susciter passion et émotion.Certains auditeurs s'interrogent sur le flou que France Inter laisse se développer entre auto-défense et légitime défense et se demandent "Quand cessera cette apologie du droit de tuer. La civilisation, c'est la justice ! C'est le contraire de la vengeance et du droit de se faire justicie soi-même ! En martelant que des milliers de personnes pensent le contraire, vous favorisez le doute." Au point de se demander si "France Inter demain, ne traitera plus les sujets qu'en fonction du nombre de like ??!!"

Les liens

Espace Public - Page d'accueil

Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.