Retour sur une chronique humoristique pas vraiment drôle, retirée du site de France Inter ; puis sur des questions autour de la campagne présidentielle.

La chronique d’Audrey Vernon, diffusée en direct ce 17 mars, évoquait le suicide d’un cheminot syndicaliste. Pourquoi avoir décidé de la retirer du site de France Inter ? Réponse avec la directrice de France Inter Laurence Bloch

Cette chronique en direct est une chronique d’humeur, d’humour noir sur le monde du travail, mais la ligne éditoriale proposée par Audrey Vernon et acceptée par la chaîne ne peut pas s’affranchir de la loi. Et ne peut citer nommément des cadres de la SNCF et les associer – sans enquête ni preuves – à un événement dramatique.

Cette dépublication répond aussi à un souci d’humanité par rapport à un acte aussi violent qu’un suicide, le suicide d’un homme sur son lieu de travail. Le respect de la personne concernée, de sa famille et de son entourage professionnel est capital. Plusieurs auditeurs s’étonnent que – « vous ayez laissé passer à l’antenne une telle chronique pas du tout drôle sans en vérifier le contenu « . C’est la liberté d’expression laissée aux chroniqueurs; il n’y a pas de relecture.

Audrey Vernon, avec qui Laurence Bloch a beaucoup discuté, a reconnu qu’il faut « composer entre la polémique et l’émotion dans une telle affaire ».

Pourquoi Audrey Vernon ne peut pas mettre en cause des personnes nommément citées, alors que, dans les journaux de France Inter, nous dit, par exemple, Célia : « Vous citez des noms sans aucun problème. Pourquoi est-ce possible dans ce cas ? ». Réponse de la directrice des Affaires juridiques de Radio France, Frédérique Riéty :

Il existe deux principes : le droit du public à être informé et la protection de l’individu. Les journalistes doivent concilier au quotidien ces deux principes (la vérification des faits , « l’enquête sérieuse » et le respect du droit de l’individu qui se voit mis en cause devant un public et le respect de la présomption d’innocence). Les journalistes mènent des enquêtes et peuvent donc apporter des preuves ou des avis contradictoires.

France Inter : la liberté d’expression et la loi : le Médiateur vous l’explique plus en détail

_*La campagne présidentielle et son traitement préoccupent aussi les auditeurs avec Frédéric Métézeau, chef du service politique.
*_Beaucoup d’auditeurs s’étonnent que les « petits candidats », comme on les appelle, n’aient pas leur place sur France Inter.

France Inter est le média qui a donné la parole au plus grand nombre de postulants dans le cadre du respect du pluralisme et de l’équité du temps de parole: 21 candidats potentiels avant que le Conseil constitutionnel n’en retienne que 11.

Trop de Marine Le Pen sur France Inter ?

Ce n’est pas l’avis du CSA, le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel ; il faut savoir que les leaders du FN ont d’abord massivement refusé les invitations de France Inter et puis, ils sont moins nombreux que dans les autres partis, donc peu d’interlocuteurs à solliciter. D’où, aussi, cette impression de trop les entendre, car ce sont toujours les mêmes.

Les invités
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.