Deux sujets au programme du rendez-vous mensuel du Médiateur : un conflit et un mariage. Le conflit à la SNCF : pour certains auditeurs, l’émission « Le téléphone sonne » aurait fait preuve de parti pris. Le mariage, c’est évidemment celui de Meghan et du prince Harry.

Les coulisses du Téléphone sonne avec Fabienne Sintès 

Elle dirige tous les soirs du lundi au jeudi le 18/20 et le fameux Téléphone sonne. Selon  les sujets abordés, l’émission me vaut plus ou moins de réactions.  Celle consacrée à la réforme de la SNCF a suscité un nombre important de  messages. Des auditeurs, comme Julien, estiment que « tout dans  cette émission était à charge contre la réforme de la SNCF : les deux  invités et les auditeurs intervenants, sauf le dernier ». Et pour Aurore : « Seules des positions anti-réforme ou syndicales ont été exprimées, sans aucune contradiction ».

Le principe du « Téléphone Sonne » : ce sont les auditeurs qui  appellent, qui passent à l’antenne. Ce jour-là, les appels étaient  plutôt anti-réforme. Il faut se remettre dans le contexte. L’émission a  été diffusée le 7 mai veille du 8 mai, il y a beaucoup moins de gens qui  appellent durant ce type de week-end. Il y a eu ce jour-là 176 appels.  En moyenne sur d’autres émissions, il y a 2 fois plus d’appels. La  matière avec laquelle on travaille, ce sont les gens qui appellent.

Le choix des invités : l’équipe avait sollicité le porte-parole de la  SNCF qui n’a pas pu ou voulu venir face à un syndicaliste. Il a donc été  remplacé par un analyste (journaliste spécialisé dans la mobilité des  transports), mais les deux invités ont plutôt répondu aux nombreuses  questions générales sur la politique du gouvernement

Certains invités refusent-ils de venir pour ne pas être face à des opposants ?

Il y a beaucoup de fantasme autour de cela, mais c’est une émission  comme les autres, il y a aussi beaucoup d’artisanat, il y a de l’humain,  on se trompe, on anticipe mal les questions qui vont arriver.

Le choix des sujets et des invités
Sur un autre sujet récent et peu abordé, la transidentité et la  transphobie, plusieurs auditeurs ont écrit pour vous remercier. « Merci pour le sujet sur les personnes transgenres, nous écrit Jennifer, sujet enfin abordé auquel il est urgent de donner une visibilité. Bravo pour cette émission ! ».

J’aime les sujets sociétaux, qui sont le reflet de l’époque. Si le  Téléphone Sonne rate le reflet de l’époque, c’est une émission ratée.

Le traitement du mariage princier

Beaucoup de réactions sur un sujet d’un tout autre type : le mariage princier de samedi dernier. Tous ceux qui nous ont écrit, comme Samuel, nous demandent « pourquoi  France Inter, comme tous les médias, en a-t-elle fait autant sur un  mariage qui n’a aucune importance et dont tout le monde se moque ? ». Pour y répondre, Angélique Bouin, directrice-adjointe de la rédaction de France Inter :

Il y a un principe à France Inter, on ne se moque pas de l’actualité,  tout ce qui est populaire n’est pas vulgaire. Ce mariage était un  événement planétaire. 7,5 millions de personnes ont regardé leur  télévision en France et 3 milliards de téléspectateurs dans le monde.  C’est un fait. Ensuite c’est la mesure et le traitement qui en est fait.  Pourquoi France Inter n’en aurait pas parlé ? Comment en parler ? la  rédaction a décidé d’envoyer un seul envoyé spécial. Quelle couverture ?  Pas de diffusion en intégral (diffusion dans les journaux et dans les  flashs). Récit en direct avec des angles différentiés.

On connait tous des proches qui n’en avaient soi-disant rien à faire du  mariage, mais qui ont quand même écouté la radio, regardé la télé ou les  réseaux sociaux. Un moment de honte vite oublié ?

Ce n’est pas un moment de honte. On nous accuse souvent de ne parler que  de ce qui va mal, les guerres, les grèves… Là, on a une jolie histoire  d’amour.

Sur le plan informatif, le mariage de Meghan et de Harry est-il « proche de zéro », comme nous l’écrit Germain ?

C’est un fait que les Britanniques sont très attachés à leur monarchie.  Cela se raconte. Sociologiquement, c’était très intéressant.

Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.