Le portrait politique de Carine Bécard et le média global sur France Inter.

Le portrait politique de Carine Bécard

Carine Bécard est journaliste politique et auteure, tous les dimanches, du portrait de l’invité de France Inter et de franceinfo télé. Ce portrait de François Ruffin a suscité un nombre important de réactions.

Je crois que lorsque l'on est journaliste, nous avons un voile émotionnel. Je suis journaliste politique, mon métier consiste à observer quotidiennement la vie politique. Et je suis fascinée de voir comment les politiciens fonctionnent, l'évolution de leurs idées, avec qui ils travaillent, de percevoir leurs ambitions politiques, etc. Cela fait 8 ans que je suis au service politique, j'ai couvert Marine Lepen, François Fillon, Nicolas Sarkozy, beaucoup la droite. Je ne me suis jamais posé la question de si je les aimais ou pas.

Tous les dimanches, vous rédigez donc le portrait de l’invité qui sert notamment à faire réagir l’invité. Comment vous y prenez-vous ?

Je mène une enquête. Donc je note des éléments qui m'ont marqués chez la personne. Ensuite il y a un travail de documentation pour retrouver des interviews et des reportages. Enfin j’appelle les amis et les ennemis politiques de l'invité. D'ailleurs, il est difficile de travailler sur des portraits de politiciens En Marche car ils ne viennent pas de la sphère politique donc il est dur de mettre de la chair dans leurs portraits.

Journaliste de studio loin des réalités de terrain, qui juge sans savoir ?

Au contraire j'aime profondément mon travail de reporter. Je suis sur le terrain. J'aime observer les détails, j'aime aller dans les meetings, à l'Assemblée Nationale ...

Enfin, il faut préciser que vous avez reçu des tweets particulièrement scandaleux, ignobles et sexistes à la suite de ce portrait. L’intolérance et la violence de certains militants ne font pas grandir la politique.

France Inter média global. C’est quoi et à quoi ça sert ?

Un sujet plus consensuel : l’avenir de la radio, avenir déjà bien présent à Radio France et France Inter. Erwann Gaucher, journaliste et directeur du Numérique de France Inter répond au questions des auditeurs. Des auditeurs semblent un peu perdus, à l’image de Jacqueline qui se demande : « Qu’est-ce que ce média global dont on ne cesse d’entendre parler ? Qu’est-ce que cela change pour France Inter et la radio ? »

Le média global c'est la capacité a concevoir des émissions et des reportages qui peuvent être accessibles partout et pour tous. Par exemple nous voulons que les jeunes qui s'informent sur facebook trouvent sur la page de France inter des informations de qualité, sûres et vérifiées. Nous le faisons par exemple avec Augustin Trapenard qui réalise des cartes blanches avec ses invités.

Un exemple concret de « France Inter - média global », c’est la nouveauté du mois prochain : un podcast natif autour de l’élection il y a un an d’Emmanuel Macron.

Les podcasts se développent beaucoup depuis quelques années. Jusqu'ici c'était toujours de la réécoute d'émissions passées à l'antenne. Maintenant nous essayons de proposer des podcasts originaux qui ne sont pas passés à l'antenne. Le mois prochain Thomas Legrand va revenir sur l’élection d’Emmanuel Macron un an après mais dans un style nouveau, avec un podcast qui sera uniquement disponible sur le numérique et également avec une nouvelle écriture journalistique. De plus tous les épisodes seront disponibles dès le premier jour.

D’autres innovations attendues ?

Il va y avoir des vidéos originales qui prolongent les émissions. Nous allons également continuer les débats qui passionnent les auditeurs sur le numérique avec des intervenants et des journalistes. Nous voulons prolonger le lien entre les auditeurs et les émissions au-delà du temps d'antenne de l'émission.

Plusieurs auditeurs, comme Philippe, nous demandent : « Pourquoi donc faire du média global, alors que vous faites très bien de la radio ?Les derniers chiffres d’audience montrent votre succès ». Pourquoi est-ce utile de s’ouvrir à d’autres horizons ?

Il faut préparer l'avenir. Le rapport des auditeurs à la radio change considérablement. Il y a chaque année un peu moins d'auditeurs qui écoutent la radio sur un poste radio classique. Il y a beaucoup de nouveautés : les ordinateurs, les smartphones et aujourd'hui les assistants vocaux. Nous cherchons à en comprendre l'usage pour adapter France Inter à ces changements.

Les auditeurs changent leurs habitudes d’écoute. France Inter est devenue la première radio la plus écoutée en numérique. Qu’est-ce que cela signifie ?

Aujourd'hui nous avons 30 millions d'écoute par mois sur le numérique. Nous souhaitons rester la radio la plus écoutée et faire découvrir la richesse des émissions de France Inter .

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.