Archetier, c'est une profession peu connu. En France, ils ne sont qu'une cinquantaine. Parmi eux, François ETTORI. Un artisan qui veut défendre son métier.

Ce sont ces artisans qui fabriquent les archers. Il faut des heures ou plutôt des semaines de travail pour façonner cet accessoire indispensable pour faire vibrer certains instruments à cordes (comme le violon, le violoncelle ou encore la contre-basse).

En France, ils ne sont qu'une cinquantaine à perpétuer ce savoir faire ancestral. Parmi eux, Francois Ettori. Il exerce à Paris. Il a commencé comme luthier il y a une vingtaine d années. Depuis 10 ans il ne se consacre qu'aux archets. Il veut défendre ce métier aujourd'hui menacé par la pénurie de pernambouc. L'utilisation de ce bois rare venu du Brésil est aujourd'hui très encadrée. Difficile aujourd'hui pour les archetiers de s'en procurer.

C'est le cas de François Ettori. J ai rencontré cet archetier passionné, dans son atelier parisien. Il était en pleine séance de travail.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.