A Vaulx-en-Velin, ville de 50 000 habitants, la plus précaire du Rhône, l'écologie ce n'est pas forcément une priorité. Pourtant, des associations de quartier agissent et arrivent à convaincre. Ici c'est l'écologie de la débrouille.

Sébastien et Théo, à Bricologis, Vaulx-en-Velin, 27 janvier 2021
Sébastien et Théo, à Bricologis, Vaulx-en-Velin, 27 janvier 2021 © Radio France / Anaëlle Verzaux

Vaulx-en-Velin, c’est la ville la plus précaire du Rhône. 

Avant la crise sanitaire, le taux de pauvreté était déjà de 32 %, et le chômage des jeunes frôlait les 40%. 

Vaulx-en-Velin est aussi marquée au fer rouge par les émeutes de 1990...

Quand j’y suis allée la semaine dernière, ce n’est pas Barbara Pompili mais Gérald Darmanin qui y était, aussi, en visite au commissariat pour annoncer des renforts de police… 

Aux dernières élections municipales, Europe Écologie Les Verts a fait un carton à Lyon, mais seulement 8% à Vaulx-en-Velin. 

L’écologie ici, ce n’est pas une évidence, et pourtant... des groupes d’habitants, des associations de quartier, agissent et arrivent à convaincre. On commence cette série avec Bricologis, un espace collaboratif et écologique, qui s’est installée il y a 4 ans au cœur de la cité... 10 personnes y travaillent, jusqu’à 30 personnes y passent chaque jour...

Thèmes associés