Début octobre, l'Anses doit préciser de nouvelles restrictions d'usage de l'herbicide controversé après avoir évalué les alternatives disponibles. Il y a encore beaucoup de réticences dans le monde agricole, notamment en viticulture. Reportage en Charente.

Dans le Cognaçais, seul 1% du vignoble est passé en bio
Dans le Cognaçais, seul 1% du vignoble est passé en bio © Radio France / Sandy Dauphin

Suite de notre série de reportages sur les alternatives au glyphosate en agriculture (2/4).   Plus de la moitié des usages du glyphosate sera interdit l'année prochaine, c'est la dernière prévision de la ministre de la transition écologique.  Barbara Pompili donne cette estimation tout en  reconnaissant que « c'est insuffisant ». C'est en tout cas très loin de la promesse  d'Emmanuel Macron en 2017 de sortir du glyphosate en 2021.  

Début octobre l'agence sanitaire l'Anses doit préciser de nouvelles restrictions d'usage de l'herbicide controversé après avoir évalué les alternatives disponibles. 

En attendant, il y a encore beaucoup de réticences dans le monde agricole notamment en viticulture. Exemple en Charente, dans le Cognaçais. Une soixantaine de viticulteurs ont fait le choix de passer au bio et donc de se passer de glyphosate. Ils sont regroupés dans une association, Vitibio, mais à ce jour le bio ne représente que 1% du vignoble dans le Cognaçais.

La plupart des autres viticulteurs continuent d'utiliser du glyphosate. Reportage chez un viticulteur de Reignac,  Olivier Sauvaitre, il cultive de l'Ugni blanc, un cépage destiné à la fabrication du cognac.    

Programmation musicale