La mer qui avance. Une digue qui s’effrite. Que faire ? Protèger les terres à tout prix ou "lâcher l'affaire"? Dans le marais de Brouage, agriculteurs, élus, écologistes, débattent en ce moment de l'avenir de leur territoire.

La digue, éventrée, de la réserve naturelle de moëze
La digue, éventrée, de la réserve naturelle de moëze © Radio France / Julie Pietri

Pour accéder à cette digue malmenée par l'océan, il faut être accompagné, car elle se situe en pleine zone "interdite" au public, au cœur de la réserve naturelle de Moëze, en Charente-Maritime. Cette barrière en argile, érigée jadis sur plusieurs mètres de haut pour contenir les flots et permettre l'exploitation des terres, a aujourd'hui des airs de dentelle. Elle rétrécit. Une brèche de plus en plus large la coupe en deux. L'entretien coûtant cher, la zone étant peu habitée, la question du "laisser la nature faire" se pose. Mais elle divise, forcément. 

Nos guides pour cette journée : Pierre, qui travaille comme garde sur le site et Patrice Beltz, du Conservatoire du Littoral, venu constater l'ampleur des dégâts.  

Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.