Troisième épisode de notre série de reportages dans une station de ski alpin des Alpes du Nord. Le Covid-19 pousse les vacanciers à profiter de la neige et des grands espaces autrement. A Flaine, les chiens de traîneaux sont des stars cet hiver.

Déjà en vogue, les sorties en chien de traîneaux sont encore plus plébiscitées
Déjà en vogue, les sorties en chien de traîneaux sont encore plus plébiscitées © Radio France / Sandy Dauphin

Des huskys attelés à un traîneau devant des sapins saupoudrés de blanc. Dans cette partie quasi-déserte de Flaine, le décor ressemble à une carte postale du Canada. Adelaïde Tamarelle est musheuse comme sa mère avant elle. "C'est comme Obélix, je suis tombée dedans quand j'étais petite" plaisante la jeune femme, native de Haute-Savoie. Elle conduit des traîneaux à chiens depuis son enfance dans ce coin des Alpes. 

Adelaïde Tamarelle musheuse à Flaine
Adelaïde Tamarelle musheuse à Flaine © Radio France / Sandy Dauphin

Elle n'a jamais eu à se plaindre du manque de clientèle mais cette saison est exceptionnelle. Depuis  la fermeture des remontées mécaniques, son téléphone n'arrête pas de sonner. Son carnet de réservation est plein jusqu'en avril. Des vacanciers, des locaux aussi, privés de ski alpin se sont reportés sur d'autres activités pour profiter de la neige et des grands espaces.  

Un vrai besoin de reconnexion avec la nature et de liberté  

Mais si la jeune femme profite de cet engouement, elle se pose également des questions sur l'après-Covid-19. Ces derniers mois, la montagne a connu une période de "tout ou rien" explique-t-elle. "On est passé d'une montagne très tranquille et magique pendant le premier confinement (mars 2020), à une affluence record pendant la saison estivale qui a suivi". Il va falloir anticiper et réguler ces flux et protéger la montagne, espère cette professionnelle : "Il faut réguler ces flux dans les diverses activités proposées, pour protéger la faune, la flore et pour laisser des endroits vierges et sauvages". 

Programmation musicale